Sandchronique #4 : Comment tenir un blog à jour en voyage ?

3
215

DSC_0188 (Copier)

Nouvelle chronique (No 4) de , notre globetrotteuse avignonaise de 27 ans, qui a entrepris, il y a maintenant un an, de réaliser un tour du monde.

Vous retrouverez régulièrement les chroniques de Sandrine qui nous fait bénéficier de son expérience en fonction de son humeur, bonne ou mauvaise, mais toujours de façon pertinente.

*****

OLYMPUS DIGITAL CAMERA On adore voyager, profiter de nos expériences, emmagasiner un maximum d’expériences et aussi les partager. Super facile pour ça, tenir un blog. Mais là, commence le casse tête. On croirait pas à première vue, cependant un blog prend beaucoup (vraiment beaucoup) de temps surtout quand on a tout un environnement à explorer autour de soi. Alors comment faire pour réussir à tenir tout le monde informé et répondre aux milles questions du genre : Vous êtes ou ? Pourquoi 2 semaines sans nouvelles ? C’est comment l’autre bout de la planète ? Blablabla…

Et oui, il n’y a pas 36 solutions et croyez moi, on se laisse très (beaucoup trop) vite déborder par ce coté internet ou peut être parce que je suis un chouïa fainéante… Le mieux, au risque de faire comme les profs à l’école c’est de travailler RÉGULIÈREMENT ! C’est un peu rabat-joie mais c’est vrai. En m’imposant un petit peu de rigueur dans la régularité des articles, je me suis rendue compte que j’écrivais avec plus de joie et les moments à partager tout juste vécus me font sourire en les couchant sur le papier alors que si j’ai du retard, rien que de penser à « j’ai 3 articles de retard, mais pour garder la continuité de mon voyage je dois finir celui du moi dernier… » me file le cafard et le retard s’accumule encore plus. Du cou quand je m’y mets, c’est sans grande motivation et le lecteur en face de son écran le ressent tout de suite : un article écrit fraîchement me donne droit à beaucoup de commentaires, un qui date écrit à la va vite ne m’en donne jamais…

DSC_0226 (Copier)Je suis loin d’avoir internet dans mon sac a dos, sinon ce serait bien trop facile ! Ma solution est d’écrire un journal quotidien pour me rappeler de tout les détails importants. Mon binôme utilise une application sur son téléphone et d’autres utilisent juste un bloc note avec les idées. Quand on change tous les jour d’environnement, on oublie très vite. Lors d’une journée très riche en rencontres, il m’est arrivé d’oublier qu’on avait aussi traversé une frontière pourtant c’est gros !

Ma 2e solution, controversée selon les voyageurs, est d”avoir un PC dans le sac pour écrire mes articles et préparer les photos en lien, comme ça quand je trouve enfin un point internet, j’ai juste à tout balancer sur le web sans y rester 3 jours en face de mon écran sans boire ni manger. J’ai commencé sans cet ordi, mais après presque 5 mois sur les routes, beaucoup de retard accumulé et des heures passées en cyber ou chez l’habitant devant son écran, ça n’avait rien de sympa.

DSC_0249 (Copier)Enfin, n’étant pas une professionnelle de l’écriture, c’est en chemin et à force de pratique que j’apprends à écrire de mieux en mieux et comprendre ce qui est le plus intéressant : décrire un paysage ou juste dire je fais ça, je suis là et je vais là n’intéresse que ma famille (et encore). Les infos purement historiques se trouvent déjà de milles et une façons sur internet alors pas besoin de s’éterniser dessus. Par contre, y mettre mes sentiments, mes joies, mes peines et mes doutes ou une touche d’humour rend mon récit bien plus vivant et interactif.

Bref, maintenant je suis attablée dans une auberge en face de mon écran pour vous faire partager mon quotidien, le dos tourné à la vue de la mer qui me tend les bras et mon objectif est de boire 3L de café et de ne pas fermer mon écran tant que je n’ai pas fini mes publications pour vous prouver que j’arrive (ou presque) à maintenir mon blog à jour !

The following two tabs change content below.

Sandrine

Je suis une jeune infirmière de 27 ans qui est partie à la découverte du monde un matin du 4 juin 2011. Le trip? Le faire en marchant et en prenant mon temps pour m'insérer dans la vie locale des pays traversés. Je n'ai aucun itinéraire précis ni de date de retour. Le voyage avance en fonction de mes envies et des rencontres. Comme le dit Lao Tzu : "un bon voyageur n'a pas de plan fixe et pas l'intention d'arriver". Après la traversée de l'Europe à pieds, me voici partie à la rencontre de l'Amérique du sud en voilier avec en bonus un arrêt aux Caraïbes.

commentaires