Sandchronique #3 : Comment rester propre en voyage ?

3
466

Nouvelle chronique (No 3) de , notre globetrotteuse avignonaise de 27 ans, qui a entrepris il y a maintenant un an de réaliser un tour du monde

Vous retrouverez régulièrement les chroniques de Sandrine qui nous fait bénéficier de son expérience en fonction de son humeur, bonne ou mauvaise, mais toujours de façon pertinente.

*****

   cukovici au montenegro-bisLa question la plus fréquente que les gens nous posent une fois passé la surprise du « On voyage UNIQUEMENT en marchant » c’est à 90% « Mais comment faites vous pour vous laver ? Et les habits ? ». C’est vrai que vu de l’extérieur, on marche, on dort sous la tente et notre petit toit n’a pas  d’eau courante, et encore moins de salle de bain et de machine à laver.

L’avantage, c’est qu’on n’est pas ennuyé de voir sans arrêt la même décoration de la salle de bain du propriétaire précédent qui manquait cruellement de goût. Chaque jour, on en teste une nouvelle, et si elle nous plaît ça, nous arrive d’y rester pour en profiter encore plus. Elle peut prendre toutes les formes : un simple robinet, une fontaine, une rivière, un lac, une vraie douche et même une baignoire si on est chanceux… et toutes les tailles: place du village, champs, montagne, 4 murs dans une maison… Dans presque tout les cas, la vue est imprenable !

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAu beau milieu de la nature et en été, c’est en maillot de bain (bizarrement, il y a toujours un randonneur ou un berger qui apparaît à ce moment la…) et on s’en donne à cœur joie. Par contre, dès qu’il fait plus frais, on a chacun un gant de toilette. Utilisé en hôpital pour les patient, c’est la solution à mes yeux la plus hygiénique et la plus rapide pour ne pas être transformée en glaçon sur pattes. La méthode : se laver en pièces détachées. Par exemple, savonner le bras droit, le rincer et le sécher dans la foulée puis recommencer de le même façon pour tout le reste du corps. Et c’est aussi bien pratique quand on est sur la fontaine du village pour ne pas devenir le centre d’attraction… Petit détail : pensez à vérifier la température de l’eau avant de sauter dedans. En montagne, l’eau des rivières et des lacs est merveilleuse, superbe, ne donne qu’une envie c’est d’en faire sa baignoire géante pour se prélasser au soleil… plus d’une fois très motivée, j’ai enfilé le maillot de bain, sorti le paréo… pour ne finalement y plonger que la moitié de mon gros orteil. Pas besoin de plus pour être refroidie.

il faut faire la queue parfoisPour les habits, c’est le même principe. On les lave dès qu’on trouve un point d’eau avec un bon vieux savon de Marseille ou équivalent. Le top, c’est d’avoir une journée ensoleillée et de faire son brin de lessive le matin, comme ça, les habits ont la journée pour sécher. Mais il arrive que nous devions avancer, dans ce cas c’est le minimum vital et accroché sur les sangles sur les cotés du sac pour les sous vêtements, et comme on peut pour les tee shirts (bricolage avec de la corde). Nous avons des habits techniques, entre autre pour leur séchage ultra-rapide, voire un peu trop quand l’été on désespère de se rafraîchir. Dernier détail qui a son importance, si vous ne voulez pas de passagers clandestins (parasites) faites attention à la qualité de l’eau.

Et pour les filles, avoir ses règles devient vite un casse tête en pleine nature. Un tampon ? Une serviette ? Pas très charmant tout ça. J’utilise une coupelle en silicone hypoallergénique (divacup) qui s’utilise comme un tampon mais se vide, rince et se replace. A la fin de la semaine, un cou de savon, la bouillir de temps en temps et retour dans son petit sac de voyage. C’est pratique, économique et surtout pas besoin de s’arrêter toutes les 2h pour se changer.

Avec un brin de bonne volonté, il est facile de rester un minimum propre pour ne pas faire fuir tout le monde à notre approche. Cependant, ça reste toujours un plaisir de se faire inviter et d’avoir accès de temps en temps à une vraie salle de bain et une machine à laver. Bizarrement, c’est toujours la première chose que nos hôtes nous montrent quand on leur répond positivement à l’invitation.

gant-de-toilette-bleu-turquoise-fonce-uni

The following two tabs change content below.

Sandrine

Je suis une jeune infirmière de 27 ans qui est partie à la découverte du monde un matin du 4 juin 2011. Le trip? Le faire en marchant et en prenant mon temps pour m'insérer dans la vie locale des pays traversés. Je n'ai aucun itinéraire précis ni de date de retour. Le voyage avance en fonction de mes envies et des rencontres. Comme le dit Lao Tzu : "un bon voyageur n'a pas de plan fixe et pas l'intention d'arriver". Après la traversée de l'Europe à pieds, me voici partie à la rencontre de l'Amérique du sud en voilier avec en bonus un arrêt aux Caraïbes.

commentaires