Traversée de l’Arctique : Plus que 150 km pour Mike Horn et Borge Ousland attendus le 5 décembre

0
710

Le magazine Outside a contacté Lars Ebbesen, le porte-parole de l’expédition qui a fait un point sur la situation des 2 explorateurs. Il est en contact régulier avec Borge Ousland.

Il est en particulier revenu, pour le magazine Outside, sur la récente polémique lancée par plusieurs journaux annonçant Mike Horn et Borge Ousland en danger de mort.

Mike Horn et Borge Ousland quittent le navire Pangae pour se lancer dans leur expédition (Crédits photos : Dmitry Sharomov)

Il n’y a jamais eu d’appel au secours

Lars Ebbesen : « Il n’y a absolument jamais eu d’appel au secours lancé ni par Mike ni par Borge », «Jamais les deux hommes ne se sont retrouvés en situation de mort ».

Lars Ebbesen : « On ne peut jamais qualifier une situation au pôle Nord de ‘bonne’, là-bas ce n’est jamais facile et les deux hommes sont exténués de fatigue mais ils possèdent une très forte expérience du grand nord. Les conditions sont certes très difficiles mais ils ont de bonnes chances de finir leur épopée, il leur reste sept jours de nourriture et nous les attendons pour le 5 décembre ».

Un brise-glace pour les récupérer

Lars Ebbesen : « Non, ils n’attendent pas une évacuation par hélicoptère, mais un brise-glace est en direction de la banquise pour ouvrir un passage plus profond dans la glace que ne le pourrait Pangaea sans risquer de se retrouver bloqué. Ce dernier va donc rester un peu en retrait ».

La Lance, un brise-glace qui se tient prêt pour aller récupérer Mike Horn et Borge Ousland

Lars Ebbesen : « Aleksander Gamme et Bengt Rotmo se tiendront prêts à désembarquer avec des vivres alors que Knut Espen Solberg restera à bord du « Lance » pour superviser l’opération ».

Lars Ebbesen : « À cette période, le pôle Nord est particulièrement inhospitalier et le réchauffement climatique rend l’expédition encore plus périlleuse et compliquée »

Børge Ousland et Mike Horn ont dû faire face à de nombreuses difficultés de ce type au cours de leur périple ‘Crédits Photo : Mike Horn)

Plus que 150 kilomètres et 5 jours de nourriture

Lars Ebbesen : « En trois heures et demie, les deux aventuriers avaient parcouru 14 kilomètres. Et hier ils ont effectué 30 kilomètres à ski et 33 en dormant grâce à la dérive des glaces, dans le bon sens cette fois-ci »

Lars Ebbesen : « Ils progressent dans l’obscurité la plus totale, et plus ils approchent des côtes, plus la glace sera fine et en vrac, avec de gros blocs de glace dans tous les sens à franchir avec leurs traîneaux. Vendredi pourrait être leur dernier jour de tempête, après le temps semble se calmer »

Les deux explorateurs avant que la nuit polaire s’installe (Crédits Photo : Page Facebook de Børge Ousland)

Le Lance a dû faire demi-tour

À l’origine, il était prévu que le “Pangea” rencontre les deux explorateurs au bord de la glace après qu’ils aient traversé la calotte polaire. Néanmoins, ils ont jugé que le Pangae pouvait être coincé dans les glaces. Lars Ebbesen a jugé qu’il était plus sûr d’avoir un navire pouvant pénétrer dans la glace si besoin. Pour cela, Lars Ebbesen a donc fait appel au Lance, un navire de recherche de l’institut polaire norvégien, pour ouvrir le passage et réaliser la jonction.

Aleksander Gamme est l’un des marins polaires à bord du navire “Lance”, prêt à se lancer à la rencontre de Borge Ousland et Mike Horn si besoin est. (Crédit PHOTO: PRIVÉ)

Les explorateurs polaires norvégiens Aleksander Gamme, Bengt Rotmo et Knut Espen Solberg qui se trouvaient initialement à bord du Pangae, l’ont quitté depuis pour rejoindre le Lance. Ils sont maintenant prêts à assister Mike Horn et Borge Ousland si besoin.

Malgré tout, le lance a dû faire demi-tour ce dimanche. Le navire a eu beaucoup de mal à se frayer un passage à travers la glace et s’est retrouvé dans une impasse.

Le navire de recherche “Lance” s’est retrouvé coincé par la glace et le mauvais temps et a dû faire demi-tour (Crédits Photo : Nick Cobbing)

Le “Lance” était situé lundi dernier dans le port de Tromsø et se dirigeait mardi vers le Svalbard. Il avait ensuite quitté Longyearbyen vendredi soir. Il avait réussi, après 4h de navigation, à s’avancer jusqu’à presque à 82 degrés nord (81,82 exactement) alors que Borge Ousland et Mike Horn se trouvent à 83 degrés nord.

Le Lance va tenter de se frayer une autre passage. Si jamais le Lance se retrouvait à nouveau bloqué, Aleksander Gamme et Bengt Rotmo se tiennent prêts à désembarquer si nécessaire pour aller sur la glace à la rencontre des 2 explorateurs.

L’espoir est que le “Lance” puisse atteindre 82,2 degrés nord mais il n’est pas évident que le navire puisse se rendre à cet endroit à travers la glace.

La journaliste du magazine VG, Oda Leraan Skjetne, et le photographe Jørgen Braastad sont impliqués dans l’opération visant à récupérer les explorateurs polaires de la glace en toute sécurité. Ils tiennent à jour un journal de bord pour nous tenir au courant en temps réel de la situation.

A bord du Lance

Pour suivre la position du Lance

Pour suivre la progression des 2 explorateurs

Mike Horn et Borge Ousland ont des réserves de nourriture pour durer jusqu’au 5 décembre. Ils sont maintenant plongés dans une obscurité quasi totale.

Bien que Borge Ousland soit connu pour son calme légendaire dans des situations les plus stressantes, Lars Ebbesen a noté que l’explorateur polaire expérimenté rencontrait de grandes difficultés inhabituelles lors de l’expédition. Il a raconté que, pour la première fois, Borge Ousland avait du mal à dormir. C’est probablement parce qu’ils sont constamment en train de penser à la journée d’après et de considérer les difficultés qu’ils vont devoir relever. De plus, comme il fait constamment noir la-haut, ils ne voient que 3 à 4 mètres devant eux grâce à leurs frontales.

Cartographie de l’expédition de Børge Ousland et Mike Horn qui traversent l’ensemble de l’océan Arctique d’Alaska à Svalbard, d’abord en bateau (ligne bleue), puis à ski (ligne rouge), puis à nouveau en bateau (ligne bleue). GRAPHISME: JOAKIM DIGERNES-NORDSTRÖM / NRK

Sur Instagram, Mike a posté un message indiquant que tout l’avant du traineau de Borge est cassé. Mike dit que ces 80 jours en Arctique ont été très durs. Ils vont devoir passer du temps à le réparer dans la tente en espérant que ce soit possible.

Une expédition similaire n’a jamais été réalisée auparavant. On croise les doigts pour Mike et Borge.

View this post on Instagram

Expedition Update 37: Bad luck knocked us down today…after 80 days on the ice, something happened that we hadn’t prepared for…@BorgeOusland’s sled broke, the entire front part cracked. I guess that after constant tug and pull, the weight of our equipment, the harsh surface it has been pulled over and the extreme cold temperatures, this was bound to happen at some point. But why now, when we least need it? Anyway, it is what it is and now we have to live with it. We have no choice but to come up with a way to fix it if we want to end this expedition once and for all. If we do not manage to repair it, the weight will have to be distributed differently, which means I will have to pull a much heavier load, which would slow me down drastically. As our bodies are already in a fragile state, this is not the optimal option, so we’ve decided to set up camp and start sowing the sled back together. Now we are in a situation where we have to sacrifice walking and resting time in order to spend time fixing. This is a very tedious task that requires precision and effort, and as you can imagine, our focus levels and sowing skills are clearly not at their best right now. Nevertheless we started melting holes through the plastic to leash the cracks back together. The process is long and our fingers are suffering, but nothing can stop two determined men! Once Borge’s sled sewed-up, we should be able to start walking again, but we are going to have to be extra careful to avoid water at all times. The sled won’t be able to float anymore, water would infiltrate through the cracks and bring the whole thing down…and the last thing we need right now is wet sleeping bags. What a disappointment…but these are the surprises you cannot prepare for and these are the challenges that put us to the ultimate test and show us what we are really capable of in times of hardship. 80 days on the ice…it feels like a lifetime spent up here. It’s really time for us to get back home now. Crazy to think that some people go around the world in 80 days and some only cross the Arctic Ocean in 80 days, and it’s not even over yet… #NorthPoleCrossing #Pole2Pole #MikeHorn

A post shared by Mike Horn (@mikehornexplorer) on

Cette image a été postée par Børge Ousland sur sa page Facebook vendredi soir. À ce moment-là, ils avaient parcouru 24 kilomètres. Au cours des neuf derniers jours, ils ont parcouru 275 kilomètres au total. Crédits Photo : Page Facebook de Børge Ousland
Source 1 : https://www.outside.fr/une-equipe-daventuriers-et-un-brise-glace-pour-mike-horn/
Source 2 : https://www.nrk.no/troms/_lance_-var-pa-vei-for-a-hente-borge-ousland-og-mike-horn-ut-fra-arktis-_-matte-snu-1.14800315
Source 3 : https://www.nrk.no/troms/ousland-ma-hentes-ut-med-forskningsskip-1.14795587

Pour en savoir plus sur Mike Horn

Voir tous nos autres articles sur l’expédition de Mike Horn et Borge Ousland

commentaires