Le grand retour des Atlas – L’Aventure de la Cosmographie et de la Cartographie

3
207

Ci-dessous, un petit aperçu des éditions du moment qui montrent un grand retour des Atlas sur le devant de la scène. Ça va de la cosmographie ancienne et la cartographie moderne. Une vraie aventure en cartes.

Cartes , Voyage parmi mille curiosités et merveilles du monde

Un atlas à la manière d’antan avec des dessins pour situer les monuments, la faune, la flore, les paysages du pays. Ce qui n’empêche nullement le sérieux des infos. Pour voyager sans quitter sa chambre.

Voici une somme joyeuse et hétéroclite des grandes et petites merveilles du monde ! Faune, flore, montagnes ou cascades, monuments célèbres, coutumes, spécialités… Le décor du monde est planté au travers de milliers de vignettes qui viennent peupler cet album ludique haut en couleur, à la manière des cartes illustrées d’autrefois. L’époque moderne n’est pas oubliée. Ainsi pour la France, le TGV et le viaduc de Millau sont aussi du voyage ! À chaque pays visité, l’album propose, à côté du fourmillement de ces visuels légendés, des informations sur la langue, la population, le drapeau, la capitale… Ce très beau livre de famille à partager avec les enfants dès 8 ans est un stimulant à l’envie de connaître et de voyager à la découverte de tous les ailleurs !

Le grand atlas de la géographie nostalgique

Feuilleter un vieux planisphère, faire tourner un globe retrouvé dans un grenier, redécouvrir des
territoires aujourd’hui disparus. Tanganyika, Bassarabie, Leningrad, Zambèze, Batavie… La géographie
nostalgique est une matière vivante. Ces vieilles cartes, accompagnées des textes érudits de Harry Campbell invitent immédiatement au voyage

 Lexicographe passionné de géographie, Harry Campbell est l’auteur d’un petit guide paru en 2010
intitulé : Mais qu’est donc devenu le Tanganyika ?

Cosmographie universelle selon les navigateurs tant anciens que modernes

Véritable joyau de la cartographie de la Renaissance, la Cosmographie universelle de Guillaume Le Testu a été dessinée et peinte en 1556 pour l’amiral de France Gaspard de Coligny. Son auteur, pilote royal au Havre, prit part à l’expédition de Villegagnon au Brésil et fut le compagnon d’aventures du fameux corsaire Francis Drake.

Riche de cinquante-six cartes enluminées, la Cosmographie universelle décrit la totalité du monde connu, en ajoutant aux terres nouvellement découvertes, comme les Amériques ou l’Extrême-Orient, des territoires représentés “par imagination”. Telle l’hypothétique Terre Australe, déployée en douze cartes, et reliant Java à la Terre de Feu. En ces lointains parages résident bêtes fabuleuses et peuples monstrueux, licornes et griffons faisant bon ménage avec les pygmées, les géants, les amazones et les cyclopes.

Cette oeuvre totale et foisonnante, jusqu’à présent inédite, conjugue à la cosmographie mathématique héritée de Ptolémée l’héritage des merveilles venues du Moyen Age et la cartographie nautique des cartes-portulans.
Les conquêtes d’Alexandre le Grand en Asie s’y prolongent dans les voyages de Marco Polo et les plus récentes navigations des Portugais. Les voyages de Jacques Cartier y inscrivent leur trace dans une Amérique tout juste sortie des limbes.

Un ample essai introductif replace l’atlas de Le Testu dans le contexte historique des grandes découvertes et de la lutte pour l’empire des mers. C’est l’occasion pour Frank Lestringant, professeur à la Sorbonne et le meilleur spécialiste aujourd’hui de la littérature géographique du Xvie siècle, d’éclairer les enjeux tout à la fois scientifiques, politiques et esthétiques d’une oeuvre entre toutes fascinante par son alliance intime d’archaïsme et de nouveauté, de rusticité apparente et de raffinement, représentative, dans sa magnificence et sa complexité.
de la culture de la Renaissance à son apogée.

Océans de papier : Histoire des cartes marines, des périples antiques au GPS

Un beau livre sur l’histoire mondiale des cartes marines, riche de documents superbes et évocateurs. L’image de notre planète et son étonnant puzzle maritime ont pris corps au cours de siècles, au gré des trouvailles scientifiques. D’un dessin vague et erroné des océans, on est passé progressivement à une visualisation précise, non seulement des contours, mais aussi des moindres détails des profondeurs. L’histoire de cette évolution est fascinante, car chaque avancée fut une aventure, et que la technique n’a progressé qu’en même temps que les hommes découvraient les mers, les terres et les océans. Des premières traversées guidées par des portulans approximatifs à la découverte de la longitude, de l’invention du chronomètre aux GPS les plus sophistiqués, c’est à la fois l’histoire de la découverte des mers et celle de la cartographie de notre planète que nous raconte ce livre très documenté et illustré par les plus belles cartes marines. L’amateur peut ainsi plonger dans l’étude minutieuse et passionnante des moindres détails. Une aventure humaine plusieurs fois millénaire, une révolution technique à l’échelle mondiale, un livre spectacle pour le régal des yeux. Les plus belles images de cartes marines, de l’Antiquité à nos jours grâce aussi à l’iconographie exceptionnelle issue du fonds de la Bibliothèque nationale de France.

Artistes de la carte, De la Renaissance au XXIe siècle : L’explorateur, le stratège, le géographe

Depuis la Renaissance, la carte est l’instrument par excellence d’appropriation du territoire. Commanditée par les puissants, elle est marine pour la navigation, militaire ou d’état-major pour conduire la guerre et coloniser, administrative pour gérer les pays. La fascination pour les cartes tend à faire oublier le travail qui précède la production de ces images si particulières. Compilées ou assemblées dans la solitude d’un cabinet de travail, elles résultent des observations recueillies sur le terrain par les astronomes, géomètres, marins, explorateurs, arpenteurs, géographes, jusqu’aux citoyens du XXIe siècle qui contribuent à la cartographie participative accessible sur Internet. Les cartographes, dont le travail restait pour une part anonyme, ont souvent été oubliés de l’histoire. Les voici réhabilités grâce à cet ouvrage qui, pour la première fois, décrit et analyse leur façon de travailler, leur marge de manoeuvre, leur inventivité, leur pouvoir de décision ainsi que les liens qui les unissaient aux commanditaires de la carte. Plus de 100 images magnifiques, dont certaines inédites : cartes anciennes, brouillons de géographes, carnets d’explorateurs, portraits… Six chapitres écrits par des historiens spécialistes de la cartographie : Hélène Biais, Lucile Haguet, Catherine Hofmann, Isabelle Laboulais, Gilles Palsky, Valeria Pansini. En encadrés, des sujets de curiosité; entre autres, la carte de France des Cassini, la cartographie de L’Île mystérieuse de Jules Verne ou le portrait de Wim Delvoye, artiste contemporain cartographe.

Catherine Hofmann est conservateur en chef du Département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France, spécialiste de l’histoire de la cartographie à l’époque moderne.

Les nouveaux mondes racontés par les cartes

Du XIIIe au XVIIIe siècle, les Européens désireux de commercer avec l’Orient ont tour à tour découvert toutes les parties du globe. Des initiatives individuelles de marchands ou des impulsions de souverains expansionnistes ont permis de mettre en relation toutes les civilisations. Mais de quels instruments cartographiques ces aventuriers des mers disposaient-ils pour partir vers de nouveaux horizons? Ils savaient observer les astres et maniaient la boussole pour fixer le Nord, mais ils ne possédaient aucune carte des continents vers lesquels ils se dirigeaient, aucun tracé des littoraux de terre ferme ou des îles. Tout était à construire.

Les premières cartes marines, dites « portulans », apparurent en Occident à la fin du XIII e siècle. Durant cinq siècles, navigateurs et cartographes mirent en commun leur connaissance et leur savoir-faire afin de rendre compte des découvertes. C’est ainsi que ces cartes témoignent des premières reconnaissances d’abord approximatives puis de plus en plus précises qu’ils eurent des Nouveaux Mondes. Par elles, les Européens révèlent leur vision « ethnographique » des sociétés africaines, asiatiques, américaines et océaniennes et attestent de la conquête, de la domination et de la maîtrise des espaces marins et continentaux.

Jean-Yves Sarazin, conservateur général des bibliothèques, dirige depuis 2010 le département des Cartes et Plans de la Bibliothèque nationale de France. Il a entre autre mené des travaux d’histoire et de cartographie urbaine: Les Plans de Paris: des origines (1493) à la fin du XVIIIe siècle avec Jean Boutier (BNF, 2002). Il est aussi l’auteur d’ouvrages sur l’histoire des villes: Rêves de capitale (BNF, 2002), Le Paris des Lumières avec Alfred Fierro (RMN, 2005) et Villes de France (Assouline, 2007).

Nouveaux Mondes

Nouveaux Mondes présente cinq cartes portulans, ou atlas nautiques, choisis pour leur caractère exceptionnel. Ces documents historiques ont été conçus par d’éminents savants originaires de Majorque, de Lisbonne, du Havre et d’Amsterdam. Cartographes de métier, parfois enlumineurs, ils ont su dessiner l’«image du monde» la plus vraisemblable pour leur époque, une chronique visuelle fascinante. Jean-Yves Sarazin, directeur du département des Cartes et Plans de la Bibliothèque nationale de France, examine chacune des cinq cartes / atlas en les situant dans la grande histoire des découvertes et des navigations que menèrent les Européens entre le début du XIVème et la fin du XVIIème siècle, de la reconnaissance des littoraux africains par les Portugais jusqu’aux explorations des îles du Pacifique et de l’Australie par les Hollandais, en passant par les aventures de Colomb, Vespucci et Magellan. Les nombreuses reproductions en couleur permettent d’observer abondance de détails pittoresques : les caravanes de chameaux au cur de l’Asie, les navires portugais et arabes croisant dans l’océan Indien, bien des animaux sauvages ou imaginaires, d’innombrables plantes exotiques, des scènes de batailles navales et, bien sûr, l’étrangeté des hommes et des femmes indigènes.

L’âge d’or des cartes marines : Quand l’Europe découvrait le monde

Nées dans les milieux maritimes méditerranéens au cours du XIIe siècle, les cartes marines dites « cartes-portulans » constituent le coeur de l’ouvrage. Dessinées sur parchemin, sillonnées de lignes en étoile évoquant les directions de la boussole et représentant la succession des ports et des mouillages le long des rivages, ces cartes accompagnèrent les navigations européennes et l’exploration du monde jusqu’au XVIIIe siècle. Instruments de navigation utilisés à bord des bateaux, elles furent aussi produites sous la forme d’images du monde enluminées, destinées à de riches commanditaires, illustrant les intérêts économiques et politiques des puissances maritimes européennes.

Réunissant les contributions d’une quinzaine de spécialistes européens, le livre fait le point des connaissances sur ce type de cartes et reflète le renouveau historiographique des dernières années. Ainsi, sous un angle inédit, l’ouvrage interroge la manière dont les Européens ont découvert et conquis mais aussi étudié et représenté territoires et peuples du XIVe au XVIIIe siècle. Les cartes-portulans s’imposent au regard contemporain comme de véritables oeuvres d’art dont le caractère spectaculaire tient autant à leur taille, imposante, qu’à leur polychromie et à leur univers exotique.

C. Hofmann, archiviste-paléographe, est conservateur en chef au département des Cartes et Plans de la BNF et membre du Comité français de cartographie. H. Richard, archiviste-paléographe, ancien directeur du département des Cartes et plans de la BNF, est inspecteur général des bibliothèques. E. Vagnon, est agrégée et docteur en histoire, spécialiste de la cartographie médiévale occidentale.

Les nouveaux mondes : Cartes anciennes, XVe-XIXe siècle

Grâce à ce livre, vous allez remonter dans le passé et découvrir un monde où des créatures exotiques et d’étranges indigènes peuplent les blancs laissés sur les cartes, où des monstres marins et des îles mouvantes rôdent au large de côtes incertaines, où la frontière entre mythe et réalité n’est pas établie. Fruit de cinq siècles d’exploration, plus de 120 cartes d’océans et de continents, de montagnes, de forêts, de villes et de régions, sont ici présentées par ordre chronologique. Ces cartes sont la mémoire d’aventures et de découvertes, mais aussi le témoignage des rêves et de l’imaginaire d’explorateurs, de commerçants, de voyageurs et de cartographes. Chacune d’elles est spécifique de son temps : elle montre la Terre telle que la voyaient alors rois et puissants, marchands et navigateurs. Elles retracent la découverte du monde par les européens, à une époque où, dans le travail des cartographes, la science se mêlait à l’art, à la politique et aux légendes. Peu à peu, à mesure que la géographie se faisait connaître des hommes, serpents de mer et hommes à tête de chien furent rayés des cartes. Les îles imaginaires de Frisland et du Brésil disparurent sous les flots ; les îles de Californie et de Corée furent rattachées à leurs continents respectifs ; la Terra Australis devint l’Antarctique et l’Australie, tandis que, jusqu’au XIXe siècle, les cartes de l’Afrique restaient vierges, remplies seulement de l’imagination de leurs cartographes. Cet ouvrage rend compte de ce processus sous la forme d’une chronique illustrée de l’époque des grandes découvertes, à travers ses plus belles cartes et en contant l’histoire des explorateurs, souverains, scientifiques, artistes et éditeur qui ont contribué à leur élaboration.

Ashley et Miles Bayton-Williams appartiennent à une famille qui s’intéressent aux cartes anciennes depuis trois générations. Après avoir travaillé douze ans avec des antiquaires britanniques et américains, ils ont ouvert leur propre galerie en 1995. En 1999, ils ont cofondé MapForum.com, une revue électronique et papier destinée aux collectionneurs de cartes anciennes.

La grande aventure de la cartographie

La Grande Aventure de la cartographie retrace l’histoire des philosophes, voyageurs, artistes et scientifiques qui ont dessiné et révélé le visage de notre planète au fil de leurs explorations. Abondamment illustré, cet ouvrage conte les découvertes de ces hommes intrépides mais aussi l’évolution des techniques et des supports, des premières cartes romaines aux cartes stylisées de l’époque médiévale, des projections colorées à la main du XVe siècle aux observations satellite d’aujourd’hui. Chefs-d’oeuvre artistiques mais également témoins des croyances et connaissances de leur époque, ces documents si précieux ont permis de revendiquer des territoires, de remporter des guerres ou de créer des empires. Issus des archives de la Royal Geographical Society, l’une des plus grandes collections cartographiques au monde, les fac-similés inclus dans ce magnifique coffret nous invitent à suivre la formidable épopée de la découverte et de l’appropriation du monde par les hommes au cours des siècles.

De très nombreuses illustrations et 15 fac-similés de précieuses cartes d’époque :

  • Une carte de l’expédition de Lewis et Clark, représentant leur traversée historique de l’Amérique du Nord au tout début du XIXe siècle ;
  • Les itinéraires d’Henry Morton Stanley et de l’expédition de secours à Emin Pacha, dernière expédition privée d’ampleur menée sur le sol africain ;
  • Une image de Nazareth issue du satellite Landsat ;
  • Une carte axonométrique de Los Angeles en 1909 ;
  • Un extrait de l’Atlas catalan d’Abraham Cresques, magnifique document sur parchemin, à la fois carte nautique et représentation imagée du globe ;
  • La Table de Peutinger gravée en 1753 par Salomon Kleiner sur laquelle sont localisées les routes et principales villes de l’Empire romain ;
  • Une carte détaillée de la Loire extraite de la Carte de France commandée par Louis XV à Cassini ;
  • Une carte de la Chine et de l’Extrême-Orient extraite du Theatrum Orbis Terrarum d’Abraham Ortelius.
Historien et spécialiste des pôles, Beau Riffenburgh est l’auteur chez National Geographic des coffrets Explorations polaires et Les Grandes Expéditions.

Atlas de l’Histoire de France (481-2005)

400 cartes pour 1 500 ans d histoire : de 481 à 2005, de Clovis à Chirac, cet atlas inédit permet de parcourir en tous sens l espace-temps de ce qui deviendra, progressivement, la France. Il multiplie les perspectives, confronte les angles de visions et les jeux d échelle (internationale, nationale, régionale, locale), afin de localiser, de représenter, le plus justement possible, une France plus que jamais plurielle, construite par la juxtaposition de mondes divers, ouverts ou cloisonnés. Au plus près du vécu. On y découvrira une histoire imprévisible et tourmentée, conflictuelle et mobile, avec des frontières vivantes, mouvantes, au fil des querelles, des guerres, des coups de main, des litiges, des successions, des rapports de force. D autres cartes visualisent les paysages, les terroirs, les institutions, les coutumes, les activités économiques, les villes, les croyances, les cultures, afin de mettre en valeur l infinie richesse de multiples Frances marquées du sceau de la diversité.

« Oeil de l historien », la carte unit l espace et le temps : de la particule élémentaire (quelques maisons de village, quelques champs, une seigneurie) qui compose le corps territorial, à « l économie monde » qui connecte le territoire de la France aux autres espaces de la Terre, cet Atlas, fruit d une somme impressionnante de reconstitutions historiennes, offre par la pluralité des thématiques cartographiées, le moyen de rendre compte et de visualiser la profusion des activités, des vies, des institutions, des évènements qui ont construit, au fil des siècles d une histoire en perpétuel mouvement, la « nation France ».

Les globes de Louis XIV. Etude artistique, historique et matérielle

Offerts par le cardinal d’Estrées à Louis XIV en 1683, les globes terrestre et céleste réalisés par le cosmographe vénitien Vincenzo Coronelli sont exceptionnels tant par leur taille – quatre mètres de diamètre – que par ce qu’ils révèlent des débats philosophiques, scientifiques et artistiques qui agitaient la cour et le monde des savants à la fin du XVIIe siècle. Destinées à servir l’ambition politique de leur commanditaire en flattant le goût du souverain pour la géographie, ces représentations grandioses du Ciel et de la Terre devaient à la fois rendre compte des découvertes les plus récentes et oeuvrer au rayonnement du roi, double exigence à la hauteur de la prouesse technique que représentait leur construction.

Les textes publiés dans ce volume ont été rédigés à partir des actes du colloque « Les grands globes de Coronelli » qui s’est tenu les 22 et 23 mars 2007 à la Bibliothèque nationale de France.

Tous ces Atlas sont disponibles en ligne en frais de livraison gratuits. Petite synthèse ci-dessous avec les prix pour faire plus facilement votre choix. Bonne lecture !

The following two tabs change content below.
Fondateur du site Un Monde d'Aventures, je suis un passionné des grands espaces sauvages et des mondes polaires. J'ai réalisé plusieurs raids autonomes au Groenland et en Laponie. J'aime partager ma passion à travers ce site. Voir tous les articles écrits par François - En savoir plus sur François

commentaires