The Dawn Wall, l’évènement escalade de la rentrée – Première du film le samedi 29 septembre au Grand Rex à Paris

0
700

Tommy Caldwell et Kevin Jorgeson au Grand Rex !

Tommy Caldwell et Kevin Jorgeson auront mis 6 ans à libérer la voie. Sender Films et BigUp production auront mis 9 ans à faire le film de cette aventure. The Dawn Wall : une incroyable histoire de persévérance et d’amitié sur la paroi la plus difficile au monde.

Première du film le samedi 29 septembre au Grand Rex à Paris en présence de Tommy Caldwell et Kevin Jorgeson.

Pour la première du film, découvrez les protagonistes sur la scène du Grand Rex. Ils nous livreront leur secrets pour enchainer 32 des longueurs les plus difficiles, nous apprendrons à cuisiner à 300 m du sol pendant 19 jours et comment survivre à la folie médiatique qui a suivie leur performance.

La projection sera précédée d’une séance de dédicace à l’occasion de la sortie du livre Push ! la vie au bout des mains de Tommy Caldwell aux éditions Glénat et suivie d’une discussion, question/réponse avec les grimpeurs.

A propos du livre – Prix conseillé : 22€

” L’incroyable histoire de Tommy Caldwell qui, avant de devenir l’un des meilleurs grimpeurs du monde, a dû faire un jour ce choix : mourir ou tuer.

Presque un roman, plus qu’un livre d’aventure, Push ! La vie au bout des mains est une ode à la persévérance.”

A partir de 19h, projection à 20h30. Info et réservations sur www.reelrock.fr/dawn-wall-premiere

Le film partira en tournée en France et Belgique en octobre et novembre 2018.

Villes et dates des Projections

  • Lyon, 8 octobre – UGC Ciné Cité Internationale
  • Chambéry, 9 octobre – Pathé les Halles
  • Grenoble, 10 octobre – Pathé Chavant
  • Sallanches, 12 octobre – Ciné Mont Blanc
  • Annecy, 15 octobre – Le Rabelais
  • Nice, 15 octobre – Pathé Gare Sud
  • Marseille, 16 octobre –  Pathé Plan de Campagne
  • Montpellier, 17 octobre – Gaumont Multiplexe
  • Strasbourg, 17 octobre – Star Saint Exupéry
  • Toulouse, 18 octobre – Gaumont Wilson

Villes et dates à retrouver sur reelrock.fr/dawn-wall-billet.
Billets sur reelrock.fr/dawn-wall.

THE DAWN WALL

La star de l’escalade Tommy Caldwell et son partenaire Kevin Jorgeson tentent l’impossible ascension de la paroi de 900 mètres du Dawn Wall, sur El Capitan dans la vallée du Yosemite. Une incroyable histoire de persévérance.

Pour Tommy, le Dawn Wall est l’ultime challenge d’une vie parsemée d’obstacles. Rescapé d’une prise en otage traumatisante au Kirghistan, ayant perdu un doigt dans un accident, il se lance dans ce projet fou pour échapper à la douleur de son divorce.

Après 6 ans de tentatives et de travail, la paire se retrouve coincé sur la voie sous l’objectif des médias du monde entier. Tommy doit alors choisir entre réaliser son rêve en abandonnant son partenaire ou risquer sa réussite personnelle au nom de l’amitié.

Réalisation : Josh Lowell & Peter Mortimer
Production : Josh Lowell, Peter Mortimer, Philipp Manderla
Avec : Tommy Caldwell, Kevin Jorgeson
Durée : 1h40 minutes, VOST

Bande-Annonce

Album Photos

Tournée organisée par REEL ROCK France.

INTERVIEW DE TOMMY CALDWELL

D’où vous est venue l’idée de faire l’ascension du Dawn Wall ?

Je grimpe sur El Cap depuis environ 25 ans ; avec le temps j’ai réalisé la plupart des voies établies et exploré la majorité des systèmes de fissures. A un moment donné, je me suis demandé : quelle est la limite du possible ? Je devais être seul à croire que cette paroi d’apparence lisse et improbable pouvait être franchie en escalade libre. Alors je me suis mis à la recherche de l’enchaînement qui est devenu le Dawn Wall, puis l’aventure s’est poursuivie lorsque Kevin m’a rejoint.

Qu’est-ce qui vous a motivé pendant toutes ces années ?

Ça a commencé avec la grande question « quelle sont les limites du possible en escalade ? ». Ensuite j’ai vécu un divorce, et c’est devenu « comment dépasser cette douleur ? » Puis je suis revenu à la question des limites du possible… Au début du film, on parle de notre expédition au Kirgizstan et de notre kidnapping par les rebelles islamistes. J’ai subit beaucoup durant cette expérience et ça m’a appris que l’être humain est capable de passer à travers de grandes difficultés, bien plus grandes que ce que l’on peut vivre au quotidien. Je me suis toujours interrogé là-dessus, et le Dawn Wall était une façon d’aller au bout de ces questions.

Pouvez-vous décrire une journée typique sur le mur – du lever au coucher ?

En général sur une grande voie, on commence à grimper dès l’aube et on s’arrête à la noirceur. Sur le Dawn Wall c’était complètement différent parce qu’on avait besoin de températures froides. Lorsqu’il fait chaud, la peau de doigts est plus fragile et le caoutchouc des chaussons se ramollit puis se dégrade rapidement. On devait attendre les températures plus fraîches de la soirée. Notre routine était assez ridicule : on se réveillait avec le soleil – il était impossible de dormir sans ombre, alors on traînait sur nos portaledges du matin au soir. On commençait à grimper vers 17h00, quand l’ombre couvrait la paroi, jusqu’à 1h00, la plupart du temps à la frontale. Nous avons eu beaucoup de temps en journée pour profiter de l’endroit et rigoler. Par contre le soir, il fallait reprendre son sérieux ; c’était intense pendant des heures.

Quelle est l’importance du partenaire lors d’un projet comme le Dawn Wall ?

L’énergie qui résulte d’une bonne équipée est bien plus grande que celle que l’on pourrait avoir individuellement. C’est crucial d’avoir un bon partenaire. Il s’agit de passer un bon moment mais aussi de fournir un résultat et comme nous sommes tous les deux compétitifs, on a sans doute poussé pas mal.

Que dire du soutien de votre famille et de vos amis en cours de route?

Mes parents ont toujours été mes plus grands supporteurs, ils venaient souvent à Yosemite pour nous suivre à la jumelle. Mon père est même venu m’assurer quelques fois. Nos amis se sont retrouvés pour nous encourager. Les gens se mobilisaient parce qu’ils voyaient que le projet enrichissait nos vies. Comme le succès semblait peu probable, les sceptiques disaient des trucs comme : « Ils sont idiots, pourquoi perdre leur temps là-dessus ? C’est un énorme projet qui n’aboutira jamais ». Heureusement le support des gens positifs, la famille et les amis, était vraiment une partie importante de notre motivation.

Votre ascension a suscité un grand intérêt médiatique. Est-ce que c’était bizarre d’avoir des caméras sur vous et des gens qui vous regardaient partout dans le monde alors que vous releviez le défi de votre vie ?

Le cirque médiatique est l’une des choses les plus étranges qui me soit arrivée. Je n’ai jamais été très à l’aise avec la célébrité et j’étais soudainement le centre d’attention. C’était bien d’une certaine façon car ça validait mon obsession pour le projet. Voir tous ces gens enthousiastes, c’était vraiment génial. C’était tout de même très bizarre de se retrouver sur toutes les chaines de télévision aux États-Unis et certaines internationales.

commentaires