Régis Belleville, Mémoires du désert – Une vie à l’autre bout du monde

1
341

41pz3PjM8cL[1]Peu d’hommes osent affronter seuls les régions hyper arides du Sahara. , “le Chamelier blanc”, en a fait son terrain de prédilection et arpente ces zones dunaires depuis plus de quinze ans, à pied avec ses dromadaires.

Méhariste, spécialisé dans la survie extrême en milieu désertique, il a été élu par l’Institut Géographique National et la Guilde Européenne du Raid, “Aventurier de l’année”. Aujourd’hui membre du comité directeur de la , il oeuvre pour la communauté scientifique dans différents domaines (résistance à la déshydratation, climatologie des vents de sable…).

Depuis 1998, le dépassement de soi, la rencontre avec les peuples nomades et la découverte sans cesse renouvelée que le désert engendre, sont ses sources de motivation.

A travers ce récit, décrit ses missions de reconnaissance, ses entraînements, ses observations de terrain, ses rencontres, avant son immersion saharienne dans ce qui sera sa plus grande aventure : sa tentative de traversée du Sahara dans son intégralité d’ouest en est, du couchant au levant, en suivant au plus près la ligne du 20e parallèle.

De la préparation de cette expédition à sa récupération in extremis dans les sables du Ténéré où il a failli perdre la vie, il nous fait partager ses souvenirs et nous livre son analyse sur les enjeux stratégiques de ces zones désertiques.

Au-delà de l’aventure, de la survie et de ses liens avec les nomades (Maures, Berabiches, Touaregs, Kountas, Toubous…), possède une connaissance unique de l’Ouest saharien, où sévit l’organisation salafiste AQMI (Al-Qaida au Maghreb Islamique).

Reconnu comme l’un des meilleurs spécialistes mondiaux du désert, travaille pour la communauté scientifique. Spécialisé dans la survie en milieu saharien, il est l’auteur de nombreuses traversées de l’Afrique d’ouest en est, affrontant à chaque fois le désert en solitaire.

Né en 1966, s’est distingué par ses méharées au coeur du Sahara, de Chinguetti à Tombouélou avec un ami maure en 2002, et seul de l’océan Atlantique au Ténéré en 2005-2006, où il a connu une déshydratation extrême.

Il a été récompensé au Festival du film d’aventure de Dijon et de celui de Montréal pour Au pays des Djinns, le film qui relate cette extraordinaire méharée au cour du ” désert des déserts “. Il vit à Nancy.

Acheter le livre

Les autres livres de

Voyage au bout de la soif : Seul au milieu du Sahara


Installé pendant un mois dans une cuvette de sable cernée de dunes aux confins de la Majâhat aI-Koubrâ, le désert le plus aride de Mauritanie, s’est volontairement soumis à la triple épreuve de la chaleur, de la solitude et de la soif. Ce ” voyage immobile ” à visée scientifique lui a permis d’observer les infimes détails de la vie dans le Sahara, d’en admirer la faune variée, de découvrir des vestiges préhistoriques, de goûter la splendeur des nuits étoilées. Cette immersion dans un environnement extrême lui donne l’occasion de se retourner sur son parcours de chamelier et de rassembler les souvenirs de ses méharées, marquées par l’amitié avec les nomades. C’est ” son désert “, celui où il a vécu, souffert et laissé une partie de lui-même qu’il fait découvrir, un désert qui renvoie l’être humain à sa force et à ses faiblesses.

Acheter le livre

Au-delà des sables


En 2002, accomplit, en 49 jours, la plus longue méharée en totale autonomie dans l’histoire du Sahara, sans aucun point d’eau. Cette méharée de 1 131 kilomètres mène et son ami mauritanien, Taha Ould Bouessif, de Chinguetti à Tombouctou, au centre d’une zone hyperaride de 500 000 km², dans la Majâbat al-Koubrâ, ” l’étendue de la grande solitude “. La traversée se fait dans des conditions très difficiles – les réserves d’eau sont limitées et, rapidement, les deux hommes vont souffrir de déshydratation… Au cœur de cette zone où personne jamais ne se rend, de la survie des dromadaires dépend celle des hommes, les esprits malins du désert – les djinns -, rôdent et le mental doit rester l’allié qui les repoussent. Cette expédition a permis à de valider ce qui était, jusque-là, de l’ordre de l’hypothèse scientifique : quelles variétés de plantes croissent dans cette région, et quand disparaît toute trace de végétation ? Quelles sont les limites de la présence de la faune ? Comment dater la présence de l’homme préhistorique ? Objets du néolithique, peintures rupestres, paléosols… s’offrent à ses yeux, comme autant de réponses émouvantes. Au-delà des sables est un parcours historique, scientifique, ethnologique mais aussi une aventure humaine exceptionnelle et une exploration qui fera date.

Acheter le livre

Paris Kaboul – Expédition scientifique et culturelle sur la route de la soie


Réexplorer la mémoire de l’Afghanistan. Réouvrir la route de la soie, par-delà les montagnes jusqu’à Kaboul. Partir vers cet Orient-là n’était guère aisé.

Ce fut le défi de l’expédition Paris-Kaboul qui, en association avec plusieurs institutions, relia par la route ces deux capitales. Il s’agissait de franchir des cois incertains, de traverser des vallées hostiles et de croiser le regard des seigneurs de la guerre. Mais il s’agissait aussi de rassembler les désirs de voyage et de rencontre pour que tous les membres de l’expédition, archéologues, géographes, illustrateurs, photographes, géologues, cartographes, réalisateurs, écrivains, journalistes, humanitaires et autres, se retrouvent au service d’une cause commune, que beaucoup jugeaient alors forcément perdue. La mission scientifique fut à la hauteur des espérances de chacun. Redécouverte de sites anciens, véritables mémoires du monde, tel le minaret de Jam, tour de Pise de l’art islamique ; exploration de merveilles archéologiques, lancement d’initiatives culturelles, demandes de classement de contrées au Patrimoine mondial de l’humanité. Voici le bilan, mais aussi l’incroyable aventure humaine de cette mission. Dix-sept auteurs au total pour témoigner et pour rappeler au monde que là-bas se rencontrèrent pour la première fois l’Orient bouddhique et
l’Occident hellénistique.

Acheter le livre

L’or du diable : Du désert de Mauritanie aux mines d’or du Mali


«Je sais que ma démarche d’ethno-journaliste-baroudeur va dans un premier temps intriguer […]. En théorie ! Je sais que le terrain me réservera quelques surprises et que l’improvisation deviendra un art…»

Décembre 1997, nord-ouest de la Mauritanie. Première étape d’un périple qui doit le mener au Mali, pays des orpailleurs traditionnels animistes : fait la connaissance de Taha, un chamelier avec qui il décide de partir en méharée dans le désert. 800 kilomètres à pied dans des conditions extrêmes, au fil desquels Taha et son fils initient l’auteur aux techniques de chamelier.
Régis poursuit sa route. Petit à petit, il découvre les différents acteurs du commerce de l’or, et la richesse de la culture ancestrale qui s’y rapporte. Il se lie notamment avec Pedro, trafiquant d’or de Kéniéba, qui lui confie la charge d’une équipe de mineurs…
Un récit de voyage passionnant, carnet de route d’une immersion profonde en Afrique, terre fascinante de l’or du diable.

Né en 1966, a été photographe dans l’armée de l’Air avant de se lancer dans une série de voyages, principalement en Afrique de l’Ouest. «Aventurier-reporter», il devient spécialiste des méharées au long cours et de la survie dans le désert. Auteur de plusieurs récits d’aventure, reportages photographiques, articles et films documentaires, membre du comité directeur de la , il a obtenu de nombreux prix et distinctions.

Acheter le livre

Tous les livres de Régis Belleville

The following two tabs change content below.
Fondateur du site Un Monde d'Aventures, je suis un passionné des grands espaces sauvages et des mondes polaires. J'ai réalisé plusieurs raids autonomes au Groenland et en Laponie. J'aime partager ma passion à travers ce site. Voir tous les articles écrits par François - En savoir plus sur François

commentaires