Nomade en mer – Brève de Tipi #1 : La recherche de l’autonomie

1
298

Fred Nomade en Mer

Frédéric, alias Nomade en Mer, s’est lancé en avril 2014 dans un nouveau projet dont nous avions déjà parlé dans cet article. Son objectif est de changer son mode de vie. Il s’agit d’un vrai projet de vie qu’il définit ainsi : “Ni course, ni défi, ni extrême. Mais changer mon mode de vie… dans le respect de la nature et des hommes”.

Pendant toute la durée de son périple, Frédéric va nous envoyer régulièrement des nouvelles sous la forme de Brève de Tipi.  Ce seront des articles dans lesquels Frédéric nous fera bénéficier de son expérience en fonction de son humeur, bonne ou mauvaise, mais toujours de façon pertinente. Aujourd’hui, Frédéric nous parle de la recherche de l’autonomie

*******

La recherche de l’autonomie, une fin en soi…

Une notion bien différente pour bon nombre d’entre nous.
Souvent pratiquée lors de randonnées par le marcheur, la durée définit sa complexité de mise en œuvre.
Dans mon nouveau chemin de vie, celle-ci devient essentielle et dépasse de loin les différentes composantes classiques que sont boire, manger et se loger.

Lors d’un très long voyage, bien d’autres paramètres entrent en ligne de compte, comme la production d’énergie indispensable à la communication, à la recharge des différents appareils que sont l’ APN (appareil photos numérique), la caméra, le gsm, le téléphone satellite Iridium (seul système actuellement qui permet la communication de n’importe quel point du globe), la balise, la production de lumière au bivouac…

Boire est simple et sera simple dans les contrées qui m’attirent, l’eau potable s’y trouve à profusion, et pour l’avoir expérimenté l’année dernière lors de la « Kungsleden », nul besoin de s’encombrer d’une gourde, un gobelet qui pendouille au sac à dos suffit, l’eau est présente en quantité.

En ce qui concerne la nourriture, c’est déjà une autre paire de manches…
La pêche, la cueillette, la récolte de champignons voire la maraude ne suffisent pas à nourrir son homme de manière équilibrée, ni à fournir l’énergie nécessaire lors de mes futures progressions hivernales.
De solides compléments alimentaires proviendront inévitablement du commerce, d’autant plus qu’il ne s’agit pas de survivre, mais bien de vivre.

Le plaisir de manger reste et restera une chose essentielle à mon voyage…
Inutile de vous dire que le restaurant « Wiben Peter Kroog » me comble de joie aujourd’hui !
Se nourrir impose donc inévitablement des ressources financières, autre aspect important de l’autonomie.
Le Vagabond Voyageur que je suis, par choix devenu, ne dispose pas d’une « Américan Express Gold, ou autres », il est donc indispensable de produire par soi- même les moyens financiers de ses ambitions…
Ici aussi « Wiben Peter Kroog » me comble.

S’équiper comme voyageur au long cours coûte cher, le choix d’une tente qui vous permet de vivre en période hivernale dans le Grand Nord européen, bien au delà d’être un « toit », doit supporter les vents, le poids de la neige, mais aussi vous permettre l’installation d’un poêle à bois, incontournable en ces contrées.

Il existe des modèles très légers et peu encombrants en titane, ils permettent d’offrir une température suffisante à l’intérieur du bivouac, de transformer la glace en eau, de cuisiner et de sécher vos vêtements.
L’équipement d’hiver est très coûteux, donc le financement de mon mode de vie est incontournable et fait partie intégrante de l’autonomie…

Un autre aspect non négligeable de l’autonomie est l’incontournable besoin de se nourrir l’esprit, autre nourriture indispensable à la vie. Une connexion internet pour rechercher le nom d’un oiseau, d’une plante, d’un champignon, pour apprendre l’histoire du village traversé…

Une liseuse Kindle (livre électronique), qui de par sa faible consommation d’énergie, sa grande capacité de stockage et son confort de lecture permet pour quelques grammes de plus, de lire et de suivre ses auteurs favoris…
L’autonomie, c’est aussi prendre en charge sa santé, il est certain que ce mode de vie et l’environnement sain préservent de plein de maux. Toutefois, une pharmacie de base complétée par un minimum de connaissances est incontournable : du matériel de « couture », savoir réduire une fracture simple. Là aussi, une connexion internet pour apprendre son corps ou pour joindre un ami médecin est indispensable.

D’autres aspects seront traités dans une prochaine brève…

10006987_480764045383396_1119550578_n[1]

The following two tabs change content below.
Ni course, ni défi, ni extrême. Mais changer mon mode de vie… dans le respect de la nature et des hommes. Site: www.nomade-en-mer.be Facebook: www.facebook.com Carnets d'aventures: www.expemag.com

Derniers articles parFrédéric Nomade En Mer (voir tous)

commentaires