L’américain Colin O’Brady réalise la “fausse” première traversée de l’Antarctique en solo et sans assistance

1
200

Cet article a été publié pour la première fois en anglais sur le site ExplorersWeb. Dans le cadre de notre partenariat, nous le publions en français en accord les auteurs. L’article original peut être lu ici

Lou Rudd tirant sa pulka. Photo : René Koster

Note : ExplorersWeb signale que les deux hommes ont suivi la route Pole-McMurdo pendant les 600 derniers kilomètres, ce qui a rendu leurs 15-17 derniers jours beaucoup plus faciles. Tout trek de 1 700 km à travers l’Antarctique, sans ravitaillement, reste néanmoins un exploit impressionnant.

Le capitaine d’armée britannique Lou Rudd et l’athlète d’endurance américain Colin O’Brady sont partis séparément du plateau de Ronne début novembre dans l’espoir de terminer la première traversée en solo et sans assistance de l’Antarctique. L’objectif était de terminer au début du plateau de glace de Ross quelque 70 jours plus tard. Lou Rudd essayait d’achever le voyage que son ami, Henry Worsley, n’avait pas pu faire. O’Brady voulait accumuler un autre objectif pour son record de vitesse des Seven Summits, entre autres. O’Brady a terminé premier après 54 jours, terminant en beauté avec une finale de 33 heures et 129 km. Rudd est arrivé deux jours plus tard.

La traversée de l’Antarctique n’est pas nouvelle. Ernest Shackleton a lancé sa malheureuse expédition en 1914. Puis, en 1958, la Britannique Vivian Fuchs a dirigé une équipe de 11 hommes du nord-ouest au sud à l’aide de tracteurs à neige. La première traversée à pied a eu lieu en 1989, lorsque Arved Fuchs et Reinhold Messner ont skié et fait du parapente. Le Norvégien Børge Ousland a été le premier à traverser le continent en solitaire en 1996-97, également avec un cerf-volant. Un an plus tard, les Belges Dixie Dansercoer et Alain Hubert ont parcouru 3 924 km du nord au sud en 99 jours.

Depuis, un petit nombre d’entre eux ont traversé la Grande Reine Blanche, tous utilisant soit du ravitaillement, soit des cerfs-volants, soit des voiles. Un exploit récent a été la remarquable traversée en cerf-volant de 4 713 km de Mike Horn (avec ravitaillement) par le plus long axe du continent. Rudd et O’Brady ont pris un chemin plus court que d’autres, mais ils sont partis seuls, sans ravitaillement en nourriture et sans voiles. Ceci, bien sûr, augmente la difficulté, puisque les kitesurfers peuvent avaler des centaines de kilomètres dans une bonne journée, alors qu’un skieur en forme peut parcourir de 30 à 40 km.

La course a attiré l’attention du monde entier, grâce à une couverture dans des journaux grand public tels que The New York Times et National Geographic. L’idée d’une “première traversée en solitaire de l’Antarctique” a accroché les lecteurs . Mis à part les problèmes avec l’utilisation d’une route de neige le long d’une partie de leur itinéraire – cela ne constitue-t-il pas une assistance, comme les cerfs-volants ? – On se demande si leurs efforts, aussi impressionnants soient-ils physiquement, ne constituent pas une traversée. Ne devraient-ils pas partir d’un océan à l’autre, comme l’a fait Borge Ousland, ou suffit-il de commencer au bord de la masse continentale – loin de toute eau libre – et de finir là où la terre (mais pas la glace) s’arrête ?

Trajet d’O’Brady comparé à celui de Borge Ousland

Le débat se poursuivra, mais la difficulté de tirer des pulka de 130 kg pendant plus de 50 jours ne doit pas être prise à la légère. Après tout, Henry Worsley, une inspiration pour les deux, s’est effondré à seulement 50 km de la fin de cette route en 2016, et est mort de péritonite quelques heures plus tard.

The following two tabs change content below.
Fondateur du site Un Monde d'Aventures, je suis un passionné des grands espaces sauvages et des mondes polaires. J'ai réalisé plusieurs raids autonomes au Groenland et en Laponie. J'aime partager ma passion à travers ce site. Voir tous les articles écrits par François - En savoir plus sur François

commentaires