Immortelle Randonnée, Compostelle malgré moi par Jean-Christophe Rufin

0
121

418Hld1azQL[1]

Jean-Christophe Rufin a suivi à pied, sur plus de huit cents kilomètres, le « chemin du Nord » jusqu’à Saint-Jacques-de-Compostelle.

« Chaque fois que l’on m’a posé la question : pourquoi êtes-vous allé à Santiago ?, j’ai été bien en peine de répondre. Comment expliquer à ceux qui ne l’ont pas vécu que le Chemin a pour effet sinon pour vertu de faire oublier les raisons qui ont amené à s’y engager ? On est parti, voilà tout. »

Ce périple se vit comme une expérience extrême du dépassement de soi, un apprentissage de tous les instants, un retour (ou une découverte ?) de notre état « brut », et sans doute finalement une réelle affirmation de soi.

Rufin nous fait généreusement partager toutes ses sensations éprouvées au travers de ces sentiers : de la sensation de saleté aux douleurs éprouvées, de belles rencontres décrites par de savoureux portraits, et de ces moments d’émerveillement vécus intensément.

Le Chemin « délivre des tourments de la pensée, ôte toute vanité de l’esprit et toute souffrance du corps, efface la rigide enveloppe qui entoure les choses et les sépare de notre conscience. »

« En partant pour Saint-Jacques je ne cherchais rien et je l’ai trouvé. »

L’auteur offre ainsi sa plus belle définition du vide. De ce vide qui conduit au plein.

En témoignent également ces réflexions qu’il sème au fur et à mesure, sur le rapport à la religion, la Spiritualité, l’Histoire.

Alors au terme de ce carnet de voyage, le message nous est transmis : une envie certaine de tenter cette aventure. Une envie de marcher. Simplement mais surement.

Vite.

Encore.

Immortelle Randonnée – Compostelle malgré moi. Jean-Christophe Rufin. Ed. Guerin.

En savoir plus sur le livre | Commander le livre

commentaires