Une équipe canadienne confirme la présence d’une énorme grotte inexplorée en Colombie-Britannique

0
569

L’entrée de la gigantesque grotte qui a été aperçue plus tôt cette année dans le parc provincial Wells Gray, en Colombie-Britannique. Deux membres de l’équipe canadienne qui a effectué une exploration préliminaire du site en septembre sont encerclés de rouge pour donner une idée de la taille de l’entrée de la grotte, qui mesure 100 mètres de long sur 60 mètres de large. (Photo : Catherine Hickson)

Une fosse massive qui avait été repérée plus tôt cette année dans une vallée alpine éloignée du parc provincial Wells Gray, en Colombie-Britannique, est en fait l’entrée d’une énorme grotte encore inexplorée, disent deux membres d’une équipe canadienne qui ont participé à une exploration préliminaire du site en septembre.

La grotte présente un certain nombre de caractéristiques qui, lorsqu’elles sont combinées, indiquent qu’il s’agit d’une grotte importante, ce qui constitue “une découverte majeure dans l’Ouest canadien, et promet un nouveau chapitre dans l’histoire de l’exploration des grottes canadiennes”, disent John Pollack et Chas Yonge dans un document rédigé conjointement et qui résume l’importance de la découverte.

John Pollack, qui est arpenteur-géomètre archéologue, a expliqué plus en détail l’importance de la grotte dans une entrevue exclusive à la Royal Canadian Geographic Society. “J’ai visité certaines des plus grandes grottes du monde mais cette chose a une entrée vraiment immense, et pas seulement selon les normes canadiennes, a-t-il dit. “L’ouverture fait 100 mètres de long sur 60 mètres de large, et lorsque vous vous tenez sur le bord en regardant vers le bas, votre ligne de vue est de près de 183 mètres (600 pieds). On n’a pas de lignes de visée de 600 pieds dans les grottes canadiennes – cela ne se produit tout simplement pas. Et ça, c’est un puits. Il descend assez abruptement, une grande quantité d’eau s’y écoule et il est grand ouvert jusqu’aussi loin que nous l’avons descendu. L’échelle de cette chose est tout simplement énorme”.

John Pollack a dit aussi que la fosse avait été repérée en avril lors d’un relevé aérien de routine effectué par le ministère des Forêts, des Terres, des Ressources naturelles et du Développement rural de la Colombie-Britannique, et que Bevan Ernst, biologiste régional au ministère, l’a appelée “Sarlaac Pit” (une référence à un animal souterrain qui a fait une brève apparition dans le film Return of the Jedi). Pollack a ajouté que le nom qu’Ernst a donné à la fosse est non officiel et temporaire. Les Parcs de la Colombie-Britanique consulte actuellement les Premières nations locales pour déterminer si un nom autochtone traditionnel existe pour la grotte.

Photo : Catherine Hickson

La profondeur et la taille exactes de la grotte n’ont pour l’instant pas encore été déterminées, mais John Pollack croit que l’eau qui s’y déverse forme une rivière souterraine qui émerge à 2,1 kilomètres de distance et 500 mètres plus bas, ce qui donne une indication de la longueur de la cavité. “Bien que la grotte la plus profonde du Canada dépasse maintenant 670 mètres, notent John Pollack et Chas Yonge dans leur résumé, ces mesures suggèrent que nous serons confrontés à une grotte fluviale très profonde et difficile. Ce sera très technique.” John Pollack indique que l’exploration future de la grotte est envisagée en consultation avec BC Parks et qu’une équipe sera probablement mise sur pied en 2020.

Lorsqu’on lui a demandé si quelqu’un avait déjà exploré la grotte, John Pollack a répondu qu’il n’y avait qu’une très faible probabilité que quelqu’un ait jamais tenté une descente, étant donné la profondeur et la nature de la grotte. “L’entrée du puits de la rivière est abrupte, intimidante et suffisamment technique pour qu’une descente avant le contact soit improbable “, a-t-il dit. “Il faudrait de longues cordes et des systèmes de remontée sur cordes portées par les spéléologues – il est très peu probable que quelqu’un essaie d’y descendre sur une corde courte du genre de celles que portent les alpinistes. De plus, l’entrée est suffisamment remarquable pour que les alpinistes, les spéléologues ou le personnel du parc aient rédigé un rapport sur la tentative de descente s’il y en avait eu au cours des 40 ou 50 dernières années. “Il n’en est pas question dans la littérature de spéléologie ou d’alpinisme.”

Les membres de l’équipe qui a effectué l’exploration préliminaire sur place de la grotte du parc provincial Wells Gray comprennent (de gauche à droite) : John Pollack, Ken Lancour, Catherine Hickson, Lee Hollis et Tod Haughton. Chas Yonge n’est pas photographié mais a aidé l’équipe à distance. (Photo : Catherine Hickson)

Le 9 septembre, John Pollack a passé la journée sur les lieux avec Catherine Hickson, géologue, Lee Hollis, spéléologue, Tod Haughton, superviseur de la région de BC Parks et Ken Lancour, pilote d’hélicoptère avec qui était Ernst lorsque l’entrée de la grotte a été aperçue en avril. Chas Yonge, géochimiste et spéléologue renommé, n’a pas fait le voyage en septembre, mais a soutenu l’équipe à distance en examinant des photos et des vidéos de la grotte. Le projet de reconnaissance a été organisé par Hickson et financé conjointement par sa société Tuya Terra Geo Corp, Pollack et BC Parks.

Pendant que John Pollack utilisait un instrument laser et un rendu photographique 3D pour faire un relevé de la fosse et que Hickson examinait la géologie de la surface, Hollis a installé des cordes d’un côté de la chute de 61 mètres qui plonge dans la fosse et a fait un rappel à 70 mètres de profondeur avant de descendre de 10 mètres supplémentaires, où le volume d’eau du fleuve souterrain ne lui permettait plus d’aller plus loin. “C’était un privilège de faire connaître la première descente et je me suis concentré uniquement sur le gréement, les risques de chutes de pierres et d’éviter les puissantes eaux vives qui auraient pu m’entraîner dans l’abîme “, a déclaré Hollis, qui fait de la spéléologie depuis 31 ans en Europe, Amérique du Nord et Asie. “C’est de loin la plus grande et la plus impressionnante fosse d’entrée que j’aie jamais rencontrée, et pendant ma brève descente, elle n’a montré aucun signe de fermeture. Il y a beaucoup de tourbillons d’eau en bas, donc ça fera un voyage sportif.”

Lee Hollis descend à l’entrée de la grotte lors de l’exploration préliminaire du site le 9 septembre. Hollis est allé jusqu’à 80 mètres dans la grotte avant qu’une rivière souterraine ne l’empêche d’aller plus loin. (Photo : Catherine Hickson)

La chute d’eau est formée par un grand ruisseau alimenté par l’accumulation de neige et l’eau de fonte des glaciers provenant d’une zone environnante de 10 kilomètres carrés. “Cette chose se fait pilonner par un grand volume d’eau au printemps,” dit John Pollack. “Nous ne savons pas combien, mais cela pourrait être de l’ordre de 5 à 15 m3 par seconde – soit à peu près être quelques camions à benne chargés d’eau par seconde. À un débit plus élevé, comme par une chaude journée d’été, ce serait certainement à deux chiffres. Quand Lee s’est posé, il était sur le roc – il n’y avait pas de rochers, pas de gravier, pas de galets, rien. Tout avait été balayé, ce qui indique que la force et le volume de l’eau qui descend au printemps est gigantesque.”

Ce martèlement fait partie de ce qui a contribué à la formation de la grotte. “D’après les preuves que nous voyons à la surface, la fosse, qui est simplement la partie verticale de l’entrée de la grotte, et la grotte elle-même ont été creusées dans le marbre par dissolution et abrasion mécanique “, a déclaré Hickson. “Les eaux s’écoulent directement des glaciers et sont chargées de limon et de sable, ce qui est très abrasif.”

John Pollack n’a pas voulu révéler l’emplacement exact de la grotte, disant seulement qu’elle se trouvait dans la partie nord du parc. Lorsqu’on lui a demandé s’il se préoccupait de la protection du site, il a répondu : ” Nous le sommes, mais le fait est aussi que cette grotte est vraiment au milieu de nulle part. Nous ne pensons même pas qu’il soit faisable pour quelqu’un d’entrer et de faire quoi que ce soit. Vous pourriez être en mesure de l’atteindre, mais vous ne pouviez pas apporter assez d’équipement pour faire quoi que ce soit à ce sujet. C’est en terrain montagneux, entouré de glaciers et au pied d’une pente d’avalanche de 45 degrés qui s’élève de 2 000 à 2 500 pieds au-dessus, ce qui signifie qu’on ne peut y aller en hiver. Le seul moment où l’on peut vraiment faire quoi que ce soit, c’est en septembre, lorsque le débit d’eau est à son niveau le plus bas. C’est un endroit sauvage.”

Traduit de l’article original de la Royal Canadian Geographical Society

The following two tabs change content below.
Fondateur du site Un Monde d'Aventures, je suis un passionné des grands espaces sauvages et des mondes polaires. J'ai réalisé plusieurs raids autonomes au Groenland et en Laponie. J'aime partager ma passion à travers ce site. Voir tous les articles écrits par François - En savoir plus sur François

commentaires