Ma prochaine aventure 2017 : La traversée hivernale en solitaire et en autonomie du Hardangervidda en Norvège, le plus grand plateau d’Europe

0
25
Cet article vous a plu ? Pensez à nous le dire et à le partager !

Il est temps pour moi de vous dévoiler ma prochaine aventure 2017. Le 3 avril prochain, je pars pour la Norvège. J’ai décidé de me lancer, seul et en autonomie complète, dans la traversée intégrale du Hardangervidda et de la calotte glaciaire du Hardangerjøkulen.

Il s’agit d’une traversée Sud-Nord d’environ 150 km, de Haukeliseter jusqu’à Finse que je réaliserai en ski- et en bivouac.

C’est un projet que j’ai en tête depuis plusieurs années et que je décide de réaliser cette année. Plusieurs raisons m’ont motivé pour me lancer dans cette aventure.

La vidéo est déjà en ligne

A propos du Hardangervidda

Le Hardangervidda est un plateau situé en Norvège, à environ 60° de latitude nord, à mi-chemin entre Bergen et la capitale Oslo. C’est le plus grand mais aussi le plus haut plateau de montagne d’Europe avec une superficie d’environ 6 500 km² et une altitude moyenne de 1.200 mètres. Au sud du plateau, le sommet du Sandfloeggi à 1.719 m est le point culminant du Hardangervidda.

Arrivé au nord du plateau, je tenterai la traversée de la calotte glaciaire du Hardangerjøkulen, un vaste glacier d’une superficie de 73 km qui culmine à une altitude de 1 863 m. Il s’agit du sixième plus vaste glacier de Norvège.

Ma traversée se terminera à Finse, la station de train la plus haute de Norvège avec 1.222 mètres d’altitude. J’aurais ainsi passé 2 semaines pour la première fois en Norvège.

Objectif du projet

Mon objectif dans cette traversée est de profiter de l’instant présent. J’adore ce genre de moments intenses où je suis seul, loin de tout et au milieu de nulle part, livré à moi-même. Ce sont des moments propices qui permettent de se ressourcer.

L’autre idée dans la réalisation de cette traversée est de partir sur les traces de Régis Cahn qui l’a réalisée en mars 2008 lors de son Grand Raid Norvégien. Régis est le le ré-inventeur du Ski de Randonnée Nordique (SRN pour les intimes) en France. Il est l’auteur de l’excellent site skirandonneenordique.com qui est une mine d’informations pour quelqu’un qui désire découvrir cette pratique. Il propose également sur son autre site aventurenordique.com, tout le matériel nécessaire pour se lancer dans une telle aventure, aussi bien locale que lointaine.

Un autre objectif dans cette aventure est de repartir sur les origines des premières expéditions polaires. En effet, à la fin du 19e et au début du 20e siècle, les explorateur polaires en partance pour l’Antarctique et le pole Sud, venaient s’entraîner sur le Hardangervidda. Les conditions y sont rudes.

C’est le cas pour Roald Amundsen qui a failli mourir lors de l’hiver 1896, en tentant la traversée du Hardangervidda de Haukeliseter à Maurset (Eidfjord) sur une distance de 100 km en ski et traîneau.

On parle aussi de Robert Falcon Scott qui aurait réalisé une expédition sur le Hardangervidda mais sa présence sur le plateau reste un mystère car aucune documentation ne l’évoque.

Roald Amundsen et Robert Falcon Scott sont les héros de la conquête du pôle Sud.

L’expédition Amundsen menée par le Norvégien Roald Amundsen à bord du Fram jusqu’à l’extrême Est de la mer de Ross, fut la première à atteindre le pôle Sud. Lui et quatre autres hommes arrivèrent à ski, menés par des chiens de traîneaux jusqu’au pôle le 14 décembre 1911. Amundsen et ses coéquipiers revinrent sains et saufs à leur base

Scott, quant à lui, lors de l’expédition Terra Nova, mène un groupe de cinq personnes au pôle Sud le 17 janvier 1912. Mais arrivés à leur but, ils découvrent que l’expédition norvégienne de Roald Amundsen les avait précédés de quatre semaines. Sur le chemin du retour, tous vont mourir d’épuisement, de faim et de froid.

Description détaillée du projet

Pour réaliser cette traversée, j’utiliserai mon mode de déplacement hivernal préféré : les skis de randonnée nordique. D’une part, c’est le mode de déplacement ancestral des lapons. D’autre part, c’est un moyen de progression idéal pour découvrir ce type de territoire. Le ski de randonnée nordique est un mode de déplacement doux qui permet de découvrir et de faire sa trace soi-même tout en respectant l’environnement.

L’incontournable accessoire pour ce genre de traversée est la que je tracterai et dans laquelle sera situé tout mon matériel.

La couverture GSM étant inexistante, j’aurai à ma disposition un téléphone satellite ainsi qu’une balise SPOT (tracker GPS) qui me servira à faire des points réguliers sur ma progression, faire un appel d’urgence et envoyer régulièrement ma position GPS.

Sur toute la traversée, j’opterai pour le bivouac hivernal, c’est-à-dire le repas et la nuit sous la tente. Cela demande des techniques spéciales (fonte de la neige pour l’eau de cuisson, réalisation d’ancre à neige pour amarrer la tente, etc …) qu’il faut bien maîtriser. Afin d’être complètement autonome, j’emmènerai avec moi l’équivalent de 10 jours de nourriture. L’ensemble de mon matériel représente environ 40 kg

Parcours

  • Jour 01 : Vol Paris – Oslo
  • Jour 02 : Bus de Oslo à Haukeliseter (Bivouac)
  • Jour 03 : Haukeliseter – Hellevasbu (Bivouac) – 25 km
  • Jour 04 : Hellevasbu – Litlos (Bivouac) – 20 km
  • Jour 05 : Litlos – Sandhaug (Bivouac) – 28 km
  • Jour 06 : Sandhaug – Bjoreidalen turisthytte (Bivouac) – 22 km
  • Jour 07 : Bjoreidalshytta – Krækkja (Bivouac) – 23 km
  • Jour 08 : Krækkja – Finse (Bivouac) – 26 km
  • Jour 09 : Journée de sécurité (Bivouac)
  • Jour 10 : Traversée du Glacier du Hardangerjøkulen (Bivouac) – 22 km
  • Jour 11 : Train de Finse à Oslo
  • Jour 12 : Vol Oslo – Paris

Carte de suivi LIVE SPOT

http://share.findmespot.com/shared/faces/viewspots.jsp?glId=0zOe5krKWbSJD65LnSHZlsPM9xNMKss0m

Originalité

Je ne recherche pas l’exploit sportif. Bien au contraire. Je cherche plutôt à faire l’éloge du voyage lent. Sur les 150 km du parcours, j’ai prévu des étapes de 20 à 25 km par jour.

Mon objectif est de profiter de l’instant présent. Je cherche également à mettre en avant un voyage proche de la nature et non polluants (désolé pour le trajet aller/retour en avion). Je serai alors un spectateur privilégié dans un lieu simple.

Liste détaillée de mon matériel et de ma nourriture

Cet article vous a plu ? Pensez à nous le dire et à le partager !

commentaires