Un gaji au Japon ou les aventures d’Aala au pays du soleil levant

0
197

1551619_707966849227501_1766454892_n[1]

Je m’appelle Aala, j’ai 29 ans, français d’origine tunisienne. La première fois que j’ai pris l’avion je devais avoir à peine 1 mois et c’était pour aller en Tunisie. Depuis, il ne s’est pas passé une année sans que je sois dans un avion en train de voyager entre la France et la Tunisie (la richesse d’avoir 2 origines permet aussi de voyager), ou alors avec mes parents sur les routes du Sud de la France. Depuis tout petit donc, j’ai toujours aimé voyager et prendre l’avion (malgré que j’aie un vertige très prononcé, ce qui bizarrement ne me dérange pas en avion).

Puis petit à petit j’ai commencé aussi à voyager avec des amis. Ce fût la période universitaire de ma vie qui était ponctuée de week-end par ici et par là en France et en Europe. J’enchainai les pays à un rythme calme mais qui me faisait clairement kiffer. Mais un manque s’installait quand même. J’avais 25 ans et à part l’Afrique et l’Europe je n’étais pas allé ailleurs. Je rêvais toujours de contrées plu éloignées et différentes.

Lors de ma dernière d’études en école de commerce (où tu passes plus de temps à te faire plaisir qu’à étudier) j’ai commencé à planifier un voyage en Australie pour une année. C’était décidé, je voulais partir en Working Holiday Visa au pays des kangourous. Le départ était prévu pour novembre 2009. Sauf que durant la préparation, un ami m’a parlé des billets tour du monde et là mon planning à changé. Au lieu d’une année en Oz, j’ai décidé de faire 1 semaine entre Honk-Kong et Macao, 5 mois en Australie, 2 semaines en Nouvelle-Zélande, 5 mois au Canada et 1 mois aux USA. Je me disais que ce serait la bonne opportunité pour apprendre l’anglais (parce qu’à part le « Where is Brian » de Gad El Maleh, je ne savais pas dire grand-chose).

6045326404_9b4bf2ec88_z

Puis je suis parti, le 5 Novembre 2009 vers ce qui devait être un tour du monde d’une année. Ce qui devait, je précise. Parce qu’une fois posé le pied sur le sol Canadien, après 6 mois de voyages, j’ai instinctivement décidé que je resterais non pas 5 mois mais 1 an au pays des Caribou. Question de feeling, que je suis toujours et qui me mène là où il veut me mener, sans regrets, sans remords. Puis un ami à moi se trouvait au Mexique, alors je l’ai rejoins pour 1 semaine sur place afin d’y célébrer les 200 ans du début de l’indépendance de ce beau pays.

Pendant une année j’ai habité à Vancouver, voyagé dans ce pays et fais des excursions aux USA. Puis est venu le temps du road trip. 17 heures de bus, puis 58 heures de bus encore m’auront mené de l’Ouest à l’Est canadien. J’ai enchaîné les grandes villes et j’en ai pris plein les yeux (notamment avec les aurores boréales) avant de retourner au pays de l’Oncle Sam pour un nouveau road trip, entre côte Est et côte Ouest. 2 mois intense entre bus et voiture qui resteront à jamais dans ma mémoire.

Je venais de faire 2 Working Holiday Visa (Canada et Australie) et j’avais décidé d’en faire un troisième : le Japon. En janvier 2011 j’ai obtenu le précieux sésame et acheté mon billet d’avion. Et puis, le 11 mars 2011, alors que j’étais dans 1 restaurant à Vancouver avec des amis, je lève la tête, regarde la télé où les informations passent un « Flash Spécial ».  Le Japon vient de connaître le plus grand tremblement de terre de son Histoire et une vague meurtrière a emportée les côtes sur son passage. Je vois ça, je suis bloqué, interloqué, je ne sais pas quoi dire, pas quoi faire. Surtout qu’à ce moment là je connaissais beaucoup de japonais vivant sur Vancouver.

11483141786_7f89a08e21_z

Les jours s’enchaînent, et les mauvaises nouvelles s’enquillent les unes après les autres. 9,1 est la force de ce tremblement de terre, Tsunami allant à 600km par heure avec des vagues avoisinant les 30 mètres de haut, plus de 20,000 morts ou disparu et Fukushima qui s’y met aussi. Mes amis me déconseillent d’aller au Japon. Mes parents me téléphone et me disent « que vas-tu faire ? ». Et ma réponse fut toujours la même : « J’y vais, je ne changerais pas mon plan. J’ai prévu d’y aller avant la catastrophe et j’irais malgré ça. Je ne suis pas du genre à profiter d’un pays quand tout va bien et à le fuir quand tout va mal. ». Et puis, le drame à eu lieu le 11 mars et moi je partais le 6 mai, donc 2 mois c’était quand  même un délai assez « safe » à mes yeux. Et le 6 mai, comme convenu, j’ai embarqué à l’aéroport de Los Angeles direction Tokyo.

Depuis mon arrivée dans l’archipel nippon le 6 mai 2011, j’ai ressentis quelque chose de nouveau : l’intrigue forte durant un voyage. Auparavant j’avais voyagé dans plus d’une douzaine de pays mais les cultures et l’Histoire de ces lieux m’était familière. Les relations avec les gens étaient « normales ». Mais au Japon, tout était différent, rien n’était « normal » du point de vue d’un occidental. J’étais devenu un « Gaijin au Japon » et j’étais intrigué. Je voulais en savoir plus, en découvrir plus. J’ai passé 1 année sur place sans parler 1 mot de japonais. J’ai travaillé à mon compte essentiellement en donnant des cours de français et j’ai essayé de découvrir un maximum de choses.

11905051676_47484ce09c_z

Mais plus les jours passaient et plus je sentais qu’il me fallait quelque chose de nouveau, quelque chose de plus tentant, de plus grand, de plus passionnant, de plus captivant, …. Et c’est là, en ce jour d’octobre 2011 que j’ai découvert l’homme qui a changé les projets : Jean Béliveau. Il venait de finir son tour du monde à pieds de 11 ans. Je me suis dis « Merde, mais j’aime bien marcher et je veux faire ça. Ok certes pas à une aussi grande échelle mais je veux partir à pieds ».

Etant donc au Japon à ce moment là, aimant marcher, et aimant les pays avec une forte Histoire et une culture attirante, je me suis dis « Bingo, je vais faire le tour du Japon à pieds ». Mon WHV au pays du soleil levant s’est terminé en mai 2012. Je suis rentré en France et en Tunisie, après avoir fais une escapade à Londres.  J’ai obtenu un visa étudiant pour le Japon, me suis inscris à une école de japonais à Tokyo et je suis revenus dans ce pays en juillet 2012 avec un visa de 2 ans. Je me laissais donc 2 ans pour apprendre le japonais et préparer mon tour du Japon à pieds, qui devrait commencer en janvier 2015.

Cela fait maintenant presque 3 ans que je suis à Tokyo, j’apprends le japonais au quotidien tout en préparant ce futur tour du Japon à pieds qui devrait me mener au travers des 47 préfectures que compte cet archipel, sur une distance de 10,000km et pour une durée minimale de 500 jours. Mais ça, on en reparlera une prochaine fois, c’est promis. Sur mon blog, je vais en parler de plus en plus fréquemment plus l’échéance va approcher. D’ailleurs, en février 2012 j’ai lancé ce blog afin de partager mes expériences au Japon, moi le « ni geek ni otaku » (parce que la majorité des blogs sur le Japon s’adressent à des geeks ou otaku), et aussi parler de ce projet qui me tiens à cœur.

432333_326739327375495_760259045_n[1]

Aala est définitivement quelqu’un que je vais suivre régulièrement. En terme d’expatriation, il amène incontestablement un max d’infos. Pour en savoir encore plus sur Aala, je vous conseille d’aller visiter son site web (www.gaijinjapan.org) et sa page Facebook (www.facebook.com/agaijinjapan)

The following two tabs change content below.
Fondateur du site Un Monde d'Aventures, je suis un passionné des grands espaces sauvages et des mondes polaires. J'ai réalisé plusieurs raids autonomes au Groenland et en Laponie. J'aime partager ma passion à travers ce site. Voir tous les articles écrits par François - En savoir plus sur François

commentaires