Préparez votre voyage dans des endroits étranges grâce à l’atlas des lieux maudits

Cet article vous a plu ? Pensez à nous le dire et à le partager !

desert-nevada-top-lieux-maudits[1]

Un tour du monde des lieux maudits

Par delà les continents et les océans, voici un atlas des lieux maudits qui dresse un inventaire inédit des contrées les plus infréquentables de la planète, recensant 40 lieux maudits à travers le monde. De la réserve naturelle de Kasanka en Zambie envahie par des nuées de chauves-souris, au ténébreux phare des disparus d’Eilean Mor perdu dans les îles Flannan, en passant par la sinistre forêt des suicidés d Aokigahara au Japon ou la diabolique demeure coloniale du 112 Ocean Avenue à Amityville, chacun des quarante lieux recensés renferme une histoire aussi tourmentée que fascinante.

Véritable manuel géographique de l’épouvante, cet atlas se feuillette d une main fébrile, la peur au ventre…

Voici le début de la liste pour que vous puissiez commencer à planifier votre voyage de l’étrange

Le triangle des Bermudes

1024px-Triangle-bermudes[1]

Localisation du triangle des Bermudes.

Le Triangle des Bermudes est une zone géographique imaginaire1 de l’océan Atlantique qui serait selon des croyances populaires, le théâtre d’un grand nombre de disparitions de navires et d’aéronefs. Néanmoins, il semblerait que ces disparitions se fondent surtout sur des informations erronées, embellies ou mal interprétées et non sur des preuves évidentes. Selon un rapport du World Wide Fund for Nature en 2013, le triangle des Bermudes ne fait pas partie des 10 endroits les plus dangereux pour la navigation. De nombreuses légendes existent à propos de cette zone.

Amityville (New York)

Amityville_house[1]

La maison du 112 Ocean Avenue à Amityville, en décembre 2005.

C’est dans une demeure située au 112 Ocean Avenue, dans la petite ville côtière d’Amityville, sur Long Island, à l’est de New York, qu’ont eu lieu un ensemble d’événements survenus entre 1974 et 1976. Dans la nuit du 13 novembre 1974, Ronald Junior, fils aîné de la famille DeFeo, y assassina au fusil ses parents et ses frères et sœurs pendant leur sommeil.

Charybde et Sylla (Détroit de Messine)

1024px-Scylla_Louvre_CA1341[1]

Représentation de Scylla sur un vase grec

Charybde et Scylla sont deux monstres marins de la mythologie grecque, situés de part et d’autre d’un détroit traditionnellement identifié comme étant celui de Messine. La légende est à l’origine de l’expression tomber de Charybde en Scylla, qui signifie « aller de mal en pis ». Plus précisément Charybde symbolise le « tout ou rien », la mort pour tous ou la vie pour tous, selon un jeu de probabilité. Et Scylla incarne la mort certaine pour une partie de l’équipage, mais la vie pour les autres. Il s’agit d’un choix entre le sacrifice calculé ou l’avenir aléatoire de la vie de tous.

Les ruines de Montségur (France)

1280px-Montsegur_montagne[1]

Le château de Montségur dominant le village

Le château de Montségur (Montsegur en occitan), construit en 1206, est un château qualifié de « cathare ». En effet, ce château fut implanté à l’emplacement arasé de l’ancien village fortifié qui constituait, jusqu’au siège de 1244, le lieu de résistance des cathares et des faydits. Les cotes architecturales démontrent que le château actuel fut conçu sur la base de la canne anglaise qui ne fut introduite qu’ultérieurement ce qui prouve que celui-ci a été partiellement reconstruit par la famille du nouveau seigneur des lieux, le Maréchal de la Foi Guy II de Lévis après la reddition cathare de 1244.

Le château de Tiffauges (France)

1280px-Château_Tiffauges_entrée[1]

Entrée du château de Tiffauges

Le château de Tiffauges est situé sur la commune de Tiffauges, dans le département français de la Vendée. Il est parfois appelé « château de Barbe bleue », en raison de Gilles de Rais, son résident le plus célèbre ainsi surnommé. La château fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 9 juillet 1957.

Nuremberg (Allemagne)

b10[1]

Ancienne caserne SS

Nuremberg est aujourd’hui une coquette ville de Bavière mais dans les années 30, elle était le théâtre de grandes parades nazies. C’était la capitale idéologique du IIIème Reich, le point de départ de l’idéologie et des lois anti-juifs d’Hitler. Partout, on croise les traces de ce passé sinistre : l’immense avenue sur laquelle se tenaient les défilés, les fondations du stade de 500 000 places que voulait bâtir Hitler pour accueillir tous les Jeux Olympiques à venir… Ou encore la caserne SS qui abrite maintenant le secrétariat fédéral aux immigrés et le siège du Haut-Commissariat des réfugiés dépendant de l’ONU.

Eilean Mor (Ecosse)

The_lighthouse_on_Eilean_Mor[1]

Le phare d’Eilean Mòr.

Eilean Mòr est le phare des disparus situé au nord-est de l’Ecosse sur les îles Flannan. Les îles sont inhabitées depuis l’automatisation du phare en 1971. Elles sont le lieu d’un mystère jamais éclairci, la disparition sans aucune trace ni indice des 3 gardiens du phare en décembre 1900.

Tilafushi (Maldives)

1280px-Thilafushi1[1]

Vue aérienne de Thilafushi.

Thilafushi est le nom du lagon empoisonné par les ordures de tout l’archipel des Maldives. C’est une île artificielle des Maldives située à 6,85 km à l’ouest de Malé, la capitale du pays, entre les atolls de Giraavaru et Gulhifalhu. En 1992, le gouvernement ne sachant plus comment gérer une quantité toujours grandissante d’ordures, avait décidé de faire acheminer à Thilafushi les déchets des îles voisines. Depuis l’île-poubelle de 7 kilomètres de long sur 200 mètres de large, emmagasine 330 tonnes de déchets par jour (chaque touriste visitant l’archipel, en produit a lui seul 3,5 kg par jour), et du coup celle-ci croît de 1 m2 par jour.

Cap York (Australie)

Cooktown-Cape-York-Australia-630x372[1]

La péninsule du cap York est située à l’extrême nord du Queensland, en Australie. Le cap York, au bout de la péninsule, est le point le plus septentrional du continent australien. Elle fut baptisée ainsi par le lieutenant James Cook en 1770 d’après le duc d’York. Géographiquement, c’est un territoire extrêmement érodé. Très peu de développement est apparent aujourd’hui. C’est à cause de cette extraordinaire pauvreté du sol que la région est si peu colonisée. On y trouvent principalement des crocodiles de mer, des serpents et des méduses mortelles qui y batifolent.

Ile de sable (Canada)

Sable_island-N[1]

L’île de Sable vue de l’espace, en avril 1994.

L’île de Sable est une petite île canadienne située à 290 km au sud-est des côtes de la Nouvelle-Écosse dans l’océan Atlantique. L’île est, dans son intégralité, un refuge d’oiseaux migrateurs depuis 1977. Située au sud de Terre-Neuve, on dit que depuis des siècles, elle piège avec subtilité tous les bateaux qui s’en approchent.

Crédits photos et descriptions : Wikipedia

A vous maintenant d’imaginer la suite de votre tour du monde des lieux maudits, de votre voyage de l’étrange sur des lieux de légendes ou les plus maudits de la planète.  Le livre est illustré avec de nombreuses cartes pour situer très précisément les lieux.

41VwvnayWUL[1]

Revue de presse

« L’écrivain et globe-trotter Olivier Le Carrer a recensé les sites les plus effrayants et les plus mystérieux de la planète dans un atlas passionnant. » –Le Parisien

« Sous la plume alerte et documentée d Olivier Le Carrer, journaliste et marin, on se prend à rêver de ces lieux inhospitaliers. Parsemée de squelettes armés de faucilles, la mise en page n’est pas étrangère à ce climat terrifiant. De quoi nourrir l’imaginaire et satisfaire sa curiosité de voyageur. » –Grands reportages

« C’est aux « lieux maudits » que s’est attaqué Olivier Le Carrer, et on respire un air plus…glaçant. L’itinéraire qu il propose, via l’Europe, l’Afrique, l’Amérique et l’Asie, a en effet pour étapes des châteaux et des maisons hantés, des hauts lieux de violence et de misère des siècles passés ou plus contemporains. Le résultat pourrait être macabre, mais il est enchanteur à sa façon – noire, très noire… » –Télérama

Biographie de l’auteur

Journaliste, passionné de voile, Olivier Le Carrer, arpente depuis trente ans tous les rivages de la planète. Il a écrit plusieurs ouvrages sur l’histoire de la cartographie et la navigation, en collaboration avec Sibylle Le Carrer, illustratrice.

Plus d’informations sur le livre | Commander le livre

Encore plus sur les lieux étranges ?

Cet article vous a plu ? Pensez à nous le dire et à le partager !

Commentaires

commentaires