Changement de vie, comment le voyage a changé mon destin !

1
617

Aujourd’hui, je vous présente Myriam du blog lesvoyagesdemyriam.fr, une femme en action, qui consacre la plupart de ses voyages à l’association Odadi.

  • Femmes En Action est une association française qui a pour but de soutenir les associations d’aide au développement dans les pays du sud.
  • ODADI est un association malgache à but non lucratif œuvrant pour la promotion humaine et le développement de la communauté.

IMG_6444 (Copier)

François m‘avait dit de faire un article court, je l’avais approuvé et finalement… !!

Pourquoi j’en suis arrivée là ?

Déjà toute petite je demandais à ma mère pourquoi le Père Noël ne passait pas en Afrique, pourquoi nous devions donner des paquets de riz pour envoyer en Ethiopie et pourquoi nous avions une maison lorsque des gens dormaient dehors.

J’ai grandi, au lycée voyant que mes études n’avaient pas de sens j’ai voulu m’engager, travailler dans une association mais habitant un bled de 80 habitants sans internet, le challenge était difficile à relever.

IMG_7338

J’ai continué ma vie, fait des études qui ne m’intéressaient pas plus que ça parce qu’ « il faut bien faire quelque chose ». Je suis partie en Ecosse pour y vivre en tant que jeune fille au pair et j’ai découvert le goût du voyage, des paysages somptueux à voir, des personnes adorables à connaître.

10922886_10207169008804880_8541755154347612571_o

Ma vie n’a pas été facile après ce retour d’Ecosse, j’allais mal et au bout d’un an de mal-être, après m’être sortie de tout ça je me suis dit « allez, tu as surmonté cette merde, offre toi un cadeau, un voyage, tu le mérites bien ». Et me voilà partie en Inde. Toute seule pour un 1er voyage en mode sac à dos, je ne le recommande pas. Toutefois, j’ai rencontré une jeune femme qui a changé le court de ma vie. Elle m’a raconté sa vie, ses droits restreints depuis son mariage, son mari qui « lui faisait mal au lit ». Mon cœur s’est fendillé lors de cette conversation. Comment peut-on encore vivre au XXI siècle dans de telles conditions, sans droit, sans existence reconnue ?

IMG_6452 (Copier)

Mon 2ème voyage en Inde s’est mieux passé sur le plan psychologique. Mais je suis tombée malade. Bien bien bien malade. Du genre à être en danger, à passer 1 semaine à l’hôpital, 3 mois d’antibiotiques et 6 mois à m’en remettre. Et là encore j’ai eu de la chance d’être née en France.

11046228_10207169001684702_3846973443527946484_o

Tout ça additionné au fait que je ne trouvais pas ma place dans le monde du travail, dans le monde tout court en fait, m’a fait sauter le pas. C’est décidé, je change de vie ! Et je change La vie. Je ne veux plus me cantonner à dire que les choses vont mal sans essayer de les changer.

Ma réorientation professionnelle ou comment se rendre utile !

J’ai trouvé un institut spécialisé dans le domaine de la solidarité internationale pour faire une initiation à la gestion de projet. Je suis donc partie en stage à Madagascar en novembre 2013 pour 1 mois. Mon stage gestion de projet s’est fait au sein de l’association ODADI (ODADI : Organisation D’Appui au Développement Intégré). C’est une petite association locale malgache qui œuvre à 70km au nord d’Antananarivo sur les communes de Mangamila et Ankazondandy. Leur but ? Contribuer à l’amélioration des conditions de vie des ruraux. ODADI fait du développement intégré.

IMG_6445 (Copier)

Pour cela ODADI possède un centre rural en brousse : Patrakala. Cela signifie « la Goutte d’Eau ». ODADI œuvre dans plusieurs secteurs :

  • Elevage : apiculture, recherche lutte contre le varroa
  • Agroécologie : cultures Sous Couvert Végétal, engrais biopost , lombricompost
  • Environnement : aide au reboisement, création d’un arboretum et d’une pépinière
  • Energies propres : adduction d’eau grâce aux béliers hydrauliques, utilisation du four et des paraboles solaires
  • Femmes rurales : formations couture et cuisine, productions sur champ collectif, formations sanitaires et sociales
  • Enfants : apports nutritifs grâce à une cantine scolaire, éducation à l’hygiène, dotation de kits scolaires

J’ai été affecté au domaine des enfants et des femmes, principalement des formations cuisine puisque j’ai un diplôme de cuisinier. Le but de ma venue était de leur montrer divers manières de cuisiner, d’apporter de nouvelles techniques qui à leur tour pourraient amener à cultiver de nouvelles cultures. En 1 mois je n’ai pas fait grand-chose, seulement 2 cours de cuisine mais chose importante j’ai appris à découvrir un nouveau pays et une nouvelle culture.

IMG_6432 (Copier)

Rentrée en France j’ai souhaité continuer à aider ODADI. J’ai créé un projet de crowfunding pour construire une cuisine en brousse au centre Patrakala. En effet, les cours de cuisine et les préparations des repas de cantines scolaires se faisaient sur un feu « 3 pierres » : pas vraiment pratique en cas de pluie et lors des grosses chaleurs.

On ne se rend pas compte mais c’est un gros challenge d’écrire un projet attrayant, qui donne envie aux gens de donner de l’argent pour une cuisine à l’autre bout du monde qui servira pour des inconnus !! J’ai galéré, j’ai pleuré, j’ai désespéré, j’ai douté et finalement j’y suis arrivée. 2800€ en 45 jours pour la cuisine, qui est maintenant construite, fonctionnelle et super grande ! Je suis tellement fière ! C’est vraiment gratifiant !

Avant de repartir à Madagascar j’ai également fait une page facebook pour l’association, recherché des partenaires en France, récolté des dons pour les kits scolaires des enfants habitant à proximité du centre.

DSC_0126 (Copier)

Le 2ème séjour à Madagascar, l’envie d’y rester

Je suis retournée terminer mon stage chez ODADI de novembre 2014 à février 2015. Lors de ce séjour, j’ai fait et vu beaucoup de choses !

J’ai appris comment trouver des partenaires, des bailleurs de fonds, écrire des projets, répondre à des appels à projets, trouver des petits débouchés pour la vente des huiles essentielles.

Les kits scolaires ont été distribués à près de 100 enfants.

DSC_0473 (Copier)

J’ai revu des femmes en brousse que j’ai connu lors de mon 1er séjour : la recette du bœuf bourguignon que je leur avais enseigné a servi pour faire un repas de mariage !

La cuisine a été inaugurée par une démonstration de fabrication de confiture. Là encore, une femme m’a dit que ce cours lui était bien utile car elle avait beaucoup de prunes dont elle ne savait pas quoi faire.

IMG_6463 (Copier)

Le centre Patrakala a accueilli un médecin bénévole qui nous a rendu visite pour connaître les besoins des ruraux. Ces besoins sont énormes : 3 jours, 60 patients. Le prochain gros objectif que je me fixe, c’est la construction d’une case de santé pour accueillir les patients et le médecin.

Evidemment, toutes ces actions demandent de l’argent, pas énormément mais une somme de base. Alors j’essaie tant bien que mal de récolter des fonds : je vends de l’artisanat malgache à prix défiant toute concurrence (!!!), j’ai créé une association en France : Femmes En Action. Grâce à ça je peux récolter de l’argent en toute sécurité et en toute confiance. Les adhésions serviront à acheter 2 machines à coudre pour les formations couture au centre Patrakala : actuellement 20 femmes suivent ces formations et il n’y a que 2 machines. L’adhésion est fixée à 15€ et les adhérents peuvent avoir des petites contreparties au bout de 3, 6 et 10 ans d’adhésion. 13 adhésions sont utiles pour acheter ces 2 machines manquantes !

DSC_0446 (Copier)

Je pourrai parler des heures durant de cette association. C’est tout de même difficile d’expliquer combien les actions de développement intégré et de développement durable sont importantes. Oui il est vrai qu’il faut attendre des années avant de voir la finalité et l’utilité de notre action, ça n’est pas comme donner de l’argent lors d’un tremblement de terre où on s’imagine que l’argent est « utile tout de suite ». Ça prend du temps, mais à mon sens, c’est bien plus utile en termes d’amélioration de conditions de vie.

J’aimerai aussi préciser qu’ODADI ne fait pas d’assistanat : les formations proposées ne sont pas gratuites. Vraiment ça ne représente presque rien, mais c’est symbolique. Les femmes formées demandent elles-mêmes à payer leurs fournitures pour les formations couture par exemple. C’est une question de fierté.

Lors des repas à la cantines pour les enfants de 1 à 5 ans, les mamans amènent le riz qu’elles vont consommer. Elles participent à la préparation du feu, à la vaisselle etc.

Certaines se sont groupées pour faire un champ collectif et à présent elles ont une cagnotte commune pour vendre et acheter des semences et des engrais. Elles se gèrent elles-mêmes.

DSC_0442 (Copier)

Les apiculteurs sont formés : ils ont du matériel de fourni mais doivent s’engager à en prendre soin, ils ont des visites de contrôle et remboursent à leur manière certains prêts qu’ODADI peut leur faire.

Seuls les enfants n’ont pas de compte à rendre ! Toutefois cela va changer. L’association Kokopelli nous a fait don de semences afin de créer un potager scolaire pour les écoles de Beorana et Antsahafina. Ce sera donc aux enfants de s’occuper de ce potager qui fournira la cantine scolaire. Si la production est plus importante que prévue, le surplus sera vendu afin d’acheter de quoi fournir la cantine scolaire ou pour acheter du matériel pédagogique.

Bref, pour résumer simplement ce séjour fût une expérience très enrichissante et j’ai été bien triste de rentrer en France (où actuellement je ne trouve pas de travail et où je ne me sens pas très utile). Toutefois la mise en place de Femmes En Action, sa promotion, la recherche et la rédaction de projets m’occupent bien !

Si vous voulez plus d’informations sur les actions d’ODADI, de Femmes En Action, n’hésitez pas à me contacter ! Vous pouvez aussi adhérer à FEA sur ce lien : https://www.helloasso.com/associations/femmes-en-action/adhesions/adherer-a-femmes-en-action#adhesion

Quelques infos sur Madà

1€, c’est le salaire moyen journalier d’un malgache. C’est aussi le prix d’une semaine de traitement antibiotique en cas d’infection pulmonaire.

15€ c’est le prix moyen d’une consultation de médecin : avec un salaire mensuel de 30€, se soigner n’est donc pas une priorité.

2€, c’est le prix d’un kit scolaire pour un enfant pour 1 an (le sac en tissu réutilisable est de 1€).

0,60€ c’est le prix d’un repas pour un enfant lors d’une cantine scolaire.

Admettons que vous vous coupiez salement en brousse, il faudra avant d’aller chez le médecin acheter toutes les fournitures nécessaires pour se soigner : compresses, bandages, fils, ciseau, désinfectant etc.

Idem pour se faire opérer : un accompagnant devra venir avec vous et votre linge de lit pour s’occuper de vous : nourriture, toilette. Pendant l’opération, l’accompagnant devra être présent à côté de la salle d’opération pour aller acheter les médicaments ou fournitures qui pourraient être utiles en cas de complications.

Descriptif du développement intégré

Source : trouvé sur Wikipédia

Le développement intégré est une approche particulière de l’aide au développement qui consiste à intégrer toutes les causes d’un problème dans une réponse complète. Cette approche holistique de l’aide au développement consiste alors à conjuguer plusieurs programmes d’appui et non pas seulement à apporter une réponse sectorielle à un problème de sous-développement.

IMG_7346

Cadre de développement intégré

Depuis les années 1990, la conception de l’aide au développement a évolué vers de nouvelles stratégies recherchant plus d’efficacité dans l’aide apportée aux populations locales des pays du Sud pour lutter contre la pauvreté. On parle depuis d’un cadre de développement intégré dont voici les composantes essentielles :

  • Les stratégies d’aide au développement doivent être globales, soit une approche plus holistique;
  • Les projets doivent s’inscrire dans une démarche de développement durable et intégrer une vision à long terme des projets de développement;
  • L’aide doit s’inscrire sur une durée limitée et le désengagement de l’aide extérieure doit être intégré au projet dès sa conception;
  • Les acteurs locaux, les bénéficiaires et toutes les parties concernées doivent être consultées et engagées dans le projet à travers une approche participative;
  • Le développement intégré se concentre moins sur la macroéconomie et plus sur la microéconomie que les approches classiques de l’aide au développement;
  • Les actions se font à un niveau local en utilisant des outils de démocratie participative.

Effets du développement intégré

Le développement intégré favorise des effets à long terme et vise l’autonomie des bénéficiaires de l’aide au développement. Il vise une amélioration globale de la situation et favorise ainsi les domaines de l’éducation, de la formation professionnelle, de la santé, du respect des droits humains, de l’environnement et développe si nécessaire des infrastructures adéquates.

The following two tabs change content below.
Fondateur du site Un Monde d'Aventures, je suis un passionné des grands espaces sauvages et des mondes polaires. J'ai réalisé plusieurs raids autonomes au Groenland et en Laponie. J'aime partager ma passion à travers ce site. Voir tous les articles écrits par François - En savoir plus sur François

commentaires