A cheval, entre filles et loups : une aventure mère-fille de 500 km en autonomie entre l’Italie et le Jura

0
1042
Crédits photo : Anne-Sophie Perrod

Anne-Sophie et Thaïs Perrod vont se lancer, du 25 juillet au 15 septembre 2020, dans une aventure de 500 km entre l’Italie et le Jura à cheval en autonomie entre mère et fille à enquêter sur l’impact de la présence du loup. Il s’agit du projet “A cheval, entre filles et loups” de qui a été lauréat de la bourse des possibles Jura. Anne-Sophie nous présente son projet.

Présentation du projet

  • Durée : 51 jours
  • Date de départ : 25 juillet 2020
  • Date de retour : 15 septembre 2020
  • Participants : Anne-Sophie Obellianne Perrod et Thaïs Perrod. Mère et fille respectivement âgées de 47 ans et de 16 ans en 2019.
    • Anne-Sophie s’occupera des itinéraires, de la gestion des chevaux et des interviews des co-habitants des prédateurs : paysans, O.N.F. , garde chasse, touristes, habitants…
    • Thaïs Perrod aura la responsabilité de filmer l’aventure et les interviews. Elle s’occupera du matériel électronique, panneaux solaires, G.P.S. et aidera à la gestion des chevaux.

Description du projet

Nous souhaiterions partir d’Auron dans le Mercantour où il y a eu une attaque de loup en 2013 sur un troupeau de 30 chevaux. Nous remonterons dans le Jura en passant par les Alpes du sud et la Drôme en nous arrêtant sur des lieux de rendez-vous fixés à l’avance pour interviewer et filmer les différents acteurs qui côtoient le loup. Sans parti pris et sans jugement, nous essayerons d’approcher la réalité de ce qui se passe avec le loup dans ces régions. Nous aimerions en tirer des leçons constructives pour s’adapter au mieux à ce nouveau prédateur qui arrive dans le Jura. Au-delà de cette étude sur le loup nous souhaitons vivre une aventure Mère-Fille à travers les plus beaux paysages de France et en plein cœur de leur territoire.

Crédits photo : Anne-Sophie Perrod

Objectif

Suivre la progression du loup depuis l’Italie (lieu du début de la reconquête du loup en France) jusque dans le jura.

Ce périple a trois axes d’intérêt distincts :

  • Vivre une aventure de 500 km à cheval en autonomie entre mère et fille
  • Faire une enquête de terrain sur l’impact du loup sur la gestion des troupeaux, la vie des éleveurs, son intérêt pour le touristique et la biodiversité.
  • Voir quelles conclusions le Jura peut en tirer pour s’adapter à ce nouveau prédateur.

Motivation et intention

Nous sommes une famille vivant quasi exclusivement de l’élevage de chevaux et du tourisme équestre dans le Jura. Au salon du cheval à Lyon, beaucoup de questions se posaient au sujet du loup. Entre discours alarmistes et négation totale de ses nuisances potentielles, il est très difficile de se faire une opinion saine sur le sujet.

Cette aventure et le film qui en découlera aura aussi pour intention de montrer une réalité de terrain même si cela est compliqué. Le loup est un sujet sulfureux. Quelles sont les peurs qui se cachent derrière tout cela ? Qu’est ce que cet animal cristallise dans sa représentation pour être autant motif à polémique ? Nous aimerions présenter toutes les facettes des différentes réalités que les gens vivent à travers cet animal ainsi que leurs diverses façons de réagir sans aucun jugement de notre part. Nous voulons toujours avoir un regard bienveillant sur les autres, leurs idées et leurs réactions quelles qu’elles soient.

Les déséquilibres de plus en plus grands de notre environnement, dû s à la modification des écosystèmes (pyrale du buis, verge d’or… ), seront certainement un des plus grand challenges de l’agriculture dans le futur. Comment allons-nous aborder ces problèmes et quels moyens allons-nous mettre en place pour les gérer? Notre façon de réagir à la présence du loup sera aussi le reflet de notre façon de réagir face aux autres problèmes. Les urbains comme les acteurs de l’environnement devraient commencer à se poser les bonnes questions sur la conduite à tenir face aux déséquilibres menaçant le monde végétal et animal. Ce n’est pas seulement aux paysans d’assumer et de réfléchir sur la place de l’homme dans l’environnement. La question du loup attend une réponse collective. L’idée de ce film sera d’inviter aussi le spectateur à se poser des questions sur ce qu’il est prêt à laisser vivre, comment il veut gérer les indésirables (tiques, moustiques…) et comment assumer collectivement les conséquences de ses décisions.

Crédits photo : Anne-Sophie Perrod

Thaïs est au lycée agricole à Montmorot. Cette réflexion sur le vivant lui donnera une belle ouverture d’esprit dans sa vie future au niveau personnel ou professionnel. Ce sera aussi pour elle un très beau partage d’expérience avec sa mère, d’apprentissage de vie en autonomie, de lecture de carte, de gestion de la météo, des animaux, de la nourriture…

Enfin, le loup comme le lynx affectionnent des sites de montagnes sauvages et donc touristiques. Suivre sa trace par monts et par vaux devrait être un plaisir des yeux et des sens et donc un riche itinéraire pour une randonnée itinérante à cheval. Nous espérons aussi avoir la chance d’entendre les loups, de les enregistrer et de les filmer. Au mois d’août les places des meutes sont connues. Nous devrions avec l’aide de nos contacts pouvoir randonner au cœur du territoire de certaines meutes et bivouaquer parmi les loups. Cet aspect ne sera pas toujours facile à gérer avec nos chevaux. Comment vont-ils réagir ? Pour nous aussi ce sera l’aventure car nous allons nous mettre en situation de vulnérabilité mais je suis convaincu que le loup n’attaque pas l’homme… Nous espérons démontrer cela par nos images…

Déroulement

Nous partirions fin juillet d’Auron : village dans le Mercantour où il y a eu attaque sur un troupeau de chevaux en 2013. Auron se situe à côté de l’Italie : pays de provenance du loup en France. Loic Coat producteur de film avec sa société « Lyncée production » pourra nous filmer au départ et à l’arrivée de notre périple. Il nous rejoindra aussi sur le parcours lors de certains rendez-vous avec les acteurs locaux les plus intéressants : paysans, gardes de l’O.N.F. ect… Ses images pourront rajouter de la diversité et de la qualité au film, entre autre grâce à son drone et surtout grâce à son expérience du terrain.

Cette époque de l’année est propice pour ce voyage car les attaques et les lieux de rassemblement de ce prédateur sont connus. Le parcours devra s’adapter aux variations possibles de dernières minutes. Toutefois nous pensons remonter par le Mercantour, les Alpes du sud, la Drôme, le Vercors, l’Ain.

Pour les interviews nous souhaitons rentrer en contact avec des acteurs qui traitent différemment le problème.

Nous avons un contact, qui étant éleveur dans la Drôme, fait appel à la communication animale pour gérer ses attaques de loup. Il a mis en place des roulottes dans les parcs à brebis pour la nuit et fait dormir les touristes dedans. Cette présence humaine semble dissuader les attaques sur les brebis.

Nous avons d’autres contacts qui règlent le problème d’une façon plus expéditive lorsque les paysans n’ont pas trouvé d’autres solutions et se retrouvent seuls pour affronter ce problème.

Nous aimerions aussi interviewer le garde O.N.F. qui a fait l’objet d’un reportage sur France inter sur le sujet : comme dans le parc du Yellowstone au États-Unis, qu’apporte le loup dans la biodiversité en France ?

Crédits photo : Anne-Sophie Perrod

Le problème du patou serait aussi un sujet à traiter : la cohabitation entre promeneurs et chiens n’est pas toujours facile. En réunion avec mes collègues agriculteurs, j’entends souvent dire « puisque les urbains veulent des loups, ils auront des patous quand ils se promèneront ».

Nous souhaiterions aussi faire un affût sur les places connues de rassemblement du loup pour avoir quelques images de l’animal mais aussi montrer que deux filles seules dans la forêt ne se font pas nécessairement manger parce qu’elles dorment dehors sans fusil.

D’ici 2020, nous souhaitons agrémenter ce voyage d’autres interviews qui vont modifier le parcours en fonction de leur intérêt.

Cette aventure est d’abord une aventure à cheval en autonomie. Nous aimerions filmer les beaux paysages, l’organisation de notre périple, la gestion des passages difficiles, la gestion de notre logistique en terme de matériel, batterie, trousse de secours, alimentation des chevaux, choix des bivouacs, gestion de la météo, gestion de notre santé et de nos limites et bien sur relations humaines.

Difficultés

  • Trouver un financement
  • Prendre des images exploitables et correctes
  • Gérer les chevaux avec la présence du loup
  • Gérer les chevaux, l’itinéraire, les repas de tout le monde
  • Trouver un itinéraire et des gens intéressants à interviewer.
  • Définir à l’avance ce que l’on souhaite mettre en image, ce qui est personnel et que nous ne voulons pas faire apparaître aux yeux de tous, mettre en place une ligne directrice qui fera la spécificité et la qualité de la réalisation de notre projet.
  • Trouver le temps et arrêter mon activité professionnelle pendant une période de gros fonctionnement.
  • Arriver à filmer des loups sauvages.
Crédits photo : Anne-Sophie Perrod

Restitution

Nous pensons faire un film pour restituer le projet. Il sera fait en collaboration avec une maison de production locale qui va former Thaïs à la prise de vue. Son responsable, Loïc Coat, a aussi beaucoup de contacts et de connaissances sur ces prédateurs. Son aide sera précieuse. Il nous retrouvera sur les lieux de rendez-vous pour faire des prises de vue avec un drone et éventuellement nous rapportera du matériel manquant.

Partenariat

Nous avons déjà deux entreprises partenaires du projet :

  • Cavalerie de la Petite Montagne : Centre de tourisme équestre qui peut nous louer des chevaux, du matériel et servir de soutien logistique à la partie équestre
  • Loïc Coat : Maison de production de films animaliers. Nous aidera dans la partie prise de vue, film, montage des rushs et diffusion du film fini.

Nous souhaitons mettre en place un financement participatif sur le site internet « Ulule »pour finaliser le budget de ce projet.

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus, vous pouvez suivre l’avancement du projet sur la page Facebook

The following two tabs change content below.
Fondateur du site Un Monde d'Aventures, je suis un passionné des grands espaces sauvages et des mondes polaires. J'ai réalisé plusieurs raids autonomes au Groenland et en Laponie. J'aime partager ma passion à travers ce site. Voir tous les articles écrits par François - En savoir plus sur François

commentaires