Le nouveau business des sensations fortes

0
829

Catherine Simon, spécialiste des activités de plein air, s’intéresse aux sujets des sports extrêmes, des loisirs de plein air et de l’économie qui les accompagne. Elle nous offre son point de vue et nous fait un éclairage sur le nouveau business des sensations fortes.

Le nouveau business des sensations fortes

Le secteur des loisirs et du tourisme est tenu de se réinventer sans cesse, y compris en France, malgré notre statut de première destination touristique mondiale. Alors que la plupart des Français revoit l’organisation de son temps libre à la baisse, les spécialistes des loisirs et du tourisme investissent les créneaux à sensations fortes. Quitte à faire plus court, autant faire plus intense !

ice-climbing-1247606_1920 (Copier)

Même s’il conserve ses inconditionnels, le farniente sur les plages du midi a vécu. De plus en plus de touristes ou de voyageurs-randonneurs se tournent désormais vers les destinations hors normes ou les activités à sensations fortes : de lieux insolites en sports extrêmes, le touriste contemporain veut son lot d’émotions et de surprises, souvent afin de mieux épater la galerie. Dans une société qui plébiscite désormais la distinction, chacun cherche à faire plus original, plus loin, plus fort que les autres. A l’autre bout de la chaine les acteurs du tourisme et du secteur des loisirs se mettent depuis un certain temps déjà en ordre de bataille.

Le marché s’organise

Spécialiste du coffret-cadeaux et leader français du marché, Wonderbox a compris dès sa création que l’innovation permanente est un gage de pérennité sur un marché aussi changeant que celui des loisirs. « Les consommateurs sont toujours très exigeants sur la qualité des prestations, […] nous veillons à être très à l’écoute de nos parties prenantes, afin d’améliorer en permanence nos offres et de répondre à la soif de nouveauté des consommateurs. Les modes de consommations évoluent à vitesse grand V, ce qui nous demande beaucoup d’agilité et de réactivité. Aujourd’hui, nous constatons par exemple que les Français souhaitent davantage s’investir pour faire plaisir à leurs proches et offrir un cadeau qui leur correspond parfaitement », explique Fabrice Lépine, directeur général de Wonderbox.

dirt-bike-209489_1920 (Copier)

Si la personnalisation devient la règle cela signifie que l’originalité est de mise. Et l’original rime souvent aujourd’hui avec hors-normes, décalé ou extrême : excursions insolites, sauts en parachutes, pilotage de voitures de compétitions… Wonderbox se renouvelle sans cesse, une nécessité sur un marché qui a vu disparaitre la majorité des acteurs historiques. « Nous avons également de nouvelles pistes d’activités en zone urbaine et notamment sur le terrain culturel qui est encore un secteur assez peu couvert. Ces innovations sur le créneau Loisir/Plaisir sont indispensables afin de dynamiser notre offre et proposer aux consommateurs des formules en dehors de la seule période de Noël », confirme Fabrice Lépine.

Pour Wonderbox comme pour les autres acteurs du tourisme/loisir, la clé du succès repose sur un diptyque pas tellement nouveau : innovations & sensations, voire sensations fortes. « Les activités les plus demandées chez Sport Découverte sont les baptêmes en hélicoptère, le saut en parachute, et les baptêmes en montgolfière, ce sont nos plus fortes demandes », confirme Christophe Jacquart, CEO de Sport-Découverte. En effet, au-delà des divers « baptêmes », les activités sportives sont naturellement plébiscitées.

Chute_libre_en_Normandie (Copier)

La Côte d’Azur entend d’ailleurs en faire un levier de croissance du secteur touristique. Pour David Lisnard, président du comité régional du tourisme (CRT) et maire de Cannes, il faut « réinventer la Côte d’Azur » sur cette base. Une approche que confirme Christophe Lepetit, chargé d’études économiques au Centre de Droit et d’Economie du Sport : « Les évolutions sociétales poussent au développement des pratiques sportives, en particulier en Europe du Nord. Il y a là une clientèle potentielle pour la Côte d’Azur », où il faut selon lui « inscrire le sport au sein d’un projet territorial ». L’idée est d’organiser le secteur touristique autour événements sportifs majeurs, comme par exemple le Grand Prix de Monaco. Et la région dispose de nombreux atouts pour les sports à sensations les plus divers : sports mécaniques, mais aussi parachutisme, parapente, plongée sur épaves, escalade, rafting, canyoning… La liste est interminable.

Sports extrêmes, mais pas que…

boating-1259608_1920 (Copier)

Pour autant, les sports même extrêmes ne fournissent pas suffisamment d’émotions fortes aux plus téméraires. Côté nature, les destinations hors-normes ont la cote. Le touriste moderne recherche désormais des paysages de caractère. Cela commence par les montagnes qui retrouvent grâce aux yeux des touristes estivaux après des années de baisse de fréquentation. « Il est très important pour les stations d’avoir une saison d’été réussie. Cela permet d’offrir deux saisons à la clientèle, mais aussi aux acteurs économiques et aux saisonniers », explique Jean-Marc Silva, directeur de France Montagne. Mais la France, c’est parfois trop près, alors de trails en Terre de Feu aux trekkings sur l’Himalaya, les touristes vont parfois chercher très loin le dépaysement. Ils sont aussi tentés de trouver ce qui n’existe pas ou peu en Europe, comme par exemple des volcans en activité. Ancien volcanologue, Guy de Saint-Cyr a ainsi monté une agence de voyages spécialisée dans l’accompagnement de touristes au plus près des lacs en fusion.

Mais le voyage de tourisme emprunte aussi des chemins inattendus. On connaissait déjà le tourisme historique : champs de bataille, monuments historiques… Se développe désormais le tourisme dit de catastrophes et le tourisme de guerre : certains se rendent à Fukushima ou à Tchernobyl, pendant que d’autres arpentent les rues de Bagdad ou de Kaboul. Certains sont même prêts à s’enrôler pour 48 heures dans un camp militaire de l’armée russe, pour se mettre aux ordres de vétérans de Tchétchénie… Pour l’instant la recette séduit surtout les Russes. Mais peut-être se préparent-ils à un projet de tour operator dans les banlieues françaises, comme le suggère Loïc H. Rechi sur Slate.fr ?

The following two tabs change content below.
Fondateur du site Un Monde d'Aventures, je suis un passionné des grands espaces sauvages et des mondes polaires. J'ai réalisé plusieurs raids autonomes au Groenland et en Laponie. J'aime partager ma passion à travers ce site. Voir tous les articles écrits par François - En savoir plus sur François

commentaires