Tour du monde des îles abandonnées

2
33
Cet article vous a plu ? Pensez à nous le dire et à le partager !

Désertes ou peuplées d’étranges créatures, paradis perdus ou contrées dantesques, les îles ont ceci de magique qu’elles inspirent la crainte autant que la fascination. Voici un tour du monde des îles abandonnées qui nous emmène en voyage dans des territoires éparpillés sur le globe, à la frontière du monde tangible et de l’imagination. Dans les eaux polaires du Nord, l’île Solitude est murée dans les glaces. Des millions de crabes rouges fleurissent les plages de l’île Christmas dès les premières pluies tropicales. Au milieu du Pacifique, la femme-oiseau de Banaba alimente les fabulations collectives…

Île de la Solitude (Russie)

Kara_sea2UE[1]
Localisation de l’île dans la mer de Kara
L´île de la Solitude est une île située en plein milieu de la mer de Kara entre la Nouvelle Zemble et Severnaïa Zemlia au nord de la Russie. L’île fait 18,5 km de longueur et sa surface est de 202 km2. Bien qu’elle ne soit pas plate, l’altitude de cette île est moderée, car son point le plus haut est de seulement 30 m. Cette île a été découverte en 1878 par le capitaine norvégien Edvard Holm Johannesen de Tromsø. Il lui a donné le nom de « Solitude » à cause de sa position isolée, loin de toute terre. Dans les eaux polaires du Nord, l’île Solitude est murée dans les glaces.

Île Christmas (Australie)

613px-Christmas_Island_in_its_region.svg[1]
Localisation de l’île Christmas
L’île Christmas est une île et un territoire extérieur australien situé dans l’Océan Indien, à environ 350 km de l’île de Java, à moins de 1 600 km des côtes australiennes (dont 2 623 km de Perth) et à 417 km à l’est des îles Cocos. L’île est large de 14 km et longue de 19 km et couvre une superficie de 135 km². La capitale est Flying Fish Cove. L’Australie en a la souveraineté depuis 1958. Près des deux tiers de la superficie de l’île ont été déclarés parc national. Des millions de crabes rouges fleurissent les plages de l’île Christmas dès les premières pluies tropicales.

Île de Tristan da Cunha

Tristan_da_Cunha_ASTER[1]
Vue satellite (NASA) de Tristan da Cunha
Tristan da Cunha est à la fois l’île principale (ou Tristan) et, l’archipel volcanique archipel situé dans l’océan Atlantique Sud, au Nord des Quarantièmes rugissants, et découverte au début du XVIe siècle. Tristan da Cunha dépend du territoire britannique d’outre-mer de Sainte-Hélène, Ascension et Tristan da Cunha. L’archipel est à 2807 kilomètres de Cape Town (Afrique du Sud) à l’est et, 3360 kilomètres de l’Amérique du Sud. La terre la plus proche est l’île de Sainte-Hélène, 2 438 km au NNE. Tristan da Cunha avec 96 km2 de superficie culmine à 2 060 m.

En 1961-62, l’éruption volcanique du Queen Mary’s Peak provoque l’évacuation des habitants au Royaume-Uni. La majorité d’entre eux reviennent sur l’île après quelques années. Considérée comme la terre la plus isolée au monde, l’accès à l’île est particulièrement difficile en raison des conditions climatiques, de son éloignement (au mieux sept jours de mer depuis l’Afrique du Sud) et de la rareté des bateaux.

Île Franklin (Antarctique)

827903720[1]
Île Franklin (Antarctique) telle que figurant dans l’atlas des îles abandonnées, page 133.
L’île Franklin est une île de la mer de Ross en Antarctique. Elle a été découverte le 27 janvier 1841 par James Clark Ross et nommée d’après John Franklin, non pas suite à l’expédition Franklin où il trouva la mort, mais grâce à son poste de gouverneur de l’actuelle Tasmanie où Ross fit escale lors de son voyage.

Les récifs de Pierre Ier (Antarctique)

1280px-Küste_der_Peter-I.-Insel_in_der_Amundsen-See_1994[1]
Une partie côtière de l’île Pierre Ier
L’île Pierre Ier est une île volcanique située dans l’océan Austral, en mer de Bellingshausen au large de la partie côtière occidentale de l’Antarctique. Le front glaciaire rend son accès difficile et son débarquement risqué par les embarcations en raison des chutes de séracs. Pourtant l’île a fait l’objet d’explorations et d’expéditions à caractère scientifique et sportif. Ola Olstad et son corps expéditionnaire réussiront à débarquer pour la première fois sur l’île le 2 février 1929. L’ascension de son sommet principal, le pic Lars Christensen, n’a jamais été réalisée. Elle reste une île très peu connue.

L’île de Rapa (dans les îles Australes en Polynésie française)

RapaISS004-E-12980b[1]
Vue satellite de Rapa
Rapa (parfois nommée Rapa Iti, la « petite Rapa » pour la distinguer de Rapa Nui, l’île de Pâques, la « grande Rapa ») est une île située dans l’archipel des Australes en Polynésie française. Rapa fut découverte en 1791 par George Vancouver : elle s’appelait à l’époque Oparo, l’« île aux pare », sortes de forts dont les ruines parsèment encore l’île, particulièrement sur les crêtes et les endroits escarpés.

L’île de Rapa a une superficie d’environ 40 km2. C’est l’île habitée la plus au sud des Australes et la plus isolée, étant distante de 500 km de la plus proche île habitée, Raivavae, et de plus de 1 420 km de Tahiti. L’île ne possède aucune piste d’atterrissage et est reliée aux autres îles par le cargo mixte Aranui1 tous les deux ou trois mois ; un patrouilleur de la Marine nationale effectue aussi des missions de liaison depuis Tahiti. En raison de son isolement, le rapa, appelée localement reo rapa, est une langue nettement différenciée des autres langues des îles Australes.

L’île de Banaba

r132015_439426[1]

Banaba ou île Océan est la seule île haute des Kiribati (81 mètres au point culminant), légèrement à l’écart de l’archipel principal des îles Gilbert. Son phosphate a longtemps été exploité par les colonisateurs britanniques jusqu’à ce que les gisements soient épuisés en 1979. La population, les Banabans, décimée lors de l’occupation japonaise durant la Seconde Guerre mondiale a été réinstallée sur l’île fidjienne de Rabi dans l’immédiat après-guerre. L’île est ceinturée d’une barrière de corail rendant son accès difficile.

Île de la Possession

3959795[1]
Île de la Possession (Crédit Photo : Panoramio)
L’île de la Possession est l’île principale de l’archipel sub-antarctique des îles Crozet, appartenant aux Terres australes et antarctiques françaises. Avec une surface de 150 km², l’île de la Possession est la plus grande de l’archipel Crozet. Elle est également la seule à posséder une base permanente, la base Alfred Faure, construite en 1963, qui héberge entre 18 et 30 personnes pour des travaux de recherche. Avec l’île de l’Est située 18 km à l’est, au-delà du canal des Orques, elle forme le groupe oriental de l’archipel.

L’île de la Possession, au même titre que les autres îles de l’archipel, est protégée au sein de la Réserve naturelle nationale des Terres australes françaises. Cette protection ne couvre que l’espace terrestre de l’île1.

L’île de la Possession a été découverte le 24 janvier 1772 par l’explorateur français Nicolas Thomas Marion-Dufresne. Julien Crozet, second à bord du Mascarin, fut envoyé à terre où il effectua une cérémonie de prise de possession en déposant une bouteille contenant un parchemin au nom du roi Louis XV. L’île fut alors nommée île de la Prise de Possession.

L’île Cocos

1280px-Cocos_Island_NOAA[1]
L’île Cocos vue du large.
L’île Cocos (en espagnol : Isla del Coco) est une île costaricaine située à 550 kilomètres au sud-ouest de la côte occidentale du pays dans l’océan Pacifique. Elle est rattachée à la province de Puntarenas. L’île est connue pour avoir accueilli les pirates qui y cachaient les trésors pillés aux Espagnols, ce qui lui a valu le surnom d’« île aux Trésors ».

Depuis 1997, elle fait partie du Patrimoine mondial de l’humanité et est un parc national protégé du Costa Rica. L’île Cocos abrite une faune et une flore sous-marine exceptionnelles ainsi qu’une forêt tropicale humide, seule île du Pacifique tropical oriental à en posséder une.

L’île est entièrement recouverte d’écoulements de lave d’andésite. Le climat est tropical humide et chaud. Durant neuf mois sur douze, de mai à octobre, il y a de la pluie et du brouillard.

Les îles du Désappointement

Îles du Désappointement
L’île du Désappointement

Les Îles du Désappointement sont un groupe d’îles au nord-est de l’archipel des Tuamotu, en Polynésie française. Les îles du Désappointement regroupent trois atolls appartenant aux communes de Puka Puka et Napuka. Leurs superficies cumulées est d’environ 15 km2.

L’île de la Déception

Deception_Island_Entrance[1]
Les Forges de Neptune sont à gauche, l’île Livingston à l’arrière-plan et les minuscules îles Sewing-machine Needles (« aiguilles de machine à coudre ») à droite.
L’île de la Déception est une île de l’archipel des îles Shetland du Sud, dans l’océan Austral, située à 120 km au nord de la péninsule Antarctique. Les seuls lieux habités sont des bases de recherche scientifique dépendantes des forces armées argentines et espagnoles.

L’île Crusoé

1280px-Isla_Juan_Fernandez_(vista_hacia_Robinson_Crusoe_desde_Montaña)[1]

L’île Robinson Crusoe est située en Amérique du Sud, dans l’océan Pacifique, à 674 kilomètres au large des côtes sud-américaines. Administrativement, l’île est chilienne et fait partie de la municipalité de Juan Fernández de la province de Valparaíso dans la région de Valparaíso.

Île de Clipperton

Clipperton_Booby[1]
Le lagon de l’île de Clipperton.
L’île de Clipperton, aussi appelée île Clipperton1, Clipperton ou encore île de la Passion, est une possession française composée d’un unique atoll situé dans l’océan Pacifique, à 12 000 kilomètres de la France métropolitaine, à 6 000 kilomètres de Tahiti et à 1 300 kilomètres à l’ouest du Mexique.

L’île de Clipperton — de son nom de baptême français « île de la Passion » — est le plus petit territoire que possède la France aux confins du Pacifique. Il se situe à 1 280 kilomètres de la première côte continentale, Acapulco au Mexique, et à 945 kilomètres de la première terre, celle de la petite île de Socorro de l’archipel mexicain des Revillagigedo au nord, tandis que Nuku Hiva, aux îles Marquises, terre française la plus proche, est à 4 018 kilomètres au sud-ouest. L’archipel d’Hawaii est à 4 930 kilomètres. Selon le comité français de l’UICN, c’est l’atoll le plus isolé du monde.

Crédits photos et description : Wikipedia

Encore plu d’îles abandonnées ?

Je vous conseille l’atlas des îles abandonnées. Il s’agit d’un inventaire qui rassemble 50 îles lointaines et inaccessibles, disséminées sur les océans du monde. Histoire, sciences naturelles, anecdotes inattendues, personnages et animaux étranges, aventures de marins et d’explorateurs…: l’ouvrage décrit les trésors que renferment ces lieux.

Chacune des cinquante îles présentées a une histoire, son histoire. Qu’elle soit invraisemblable, merveilleuse, légendaire ou oubliée, elle raconte le destin d’une miette de terre, quelque part, dans l’immensité océane.

L’Atlas des îles abandonnées a reçu le prix du plus beau livre allemand. Olivier de Kersauson en a écrit la préface.

En savoir plus sur le livre et son auteur.

Plus d’infos | Commander le livre

Cet article vous a plu ? Pensez à nous le dire et à le partager !

commentaires