[Expédition Adaptation par Christian Clot] Traversée de la Patagonie réussie !

Cet article vous a plu ? Pensez à nous le dire et à le partager !

MISSION ACCOMPLIE EN PATAGONIE ! – Expédition ADAPTATION par – Etape 2/4 : Retour du milieu le plus froid et humide au monde

Le chercheur-explorateur est de retour de Patagonie Chilienne, milieu le plus froid et humide de la planète, où il a effectué la 2ème étape de son expédition ADAPTATION.

Après 410 km parcourus en kayak et à pied en autonomie totale et sans contact extérieur, avec des températures souvent négatives, des pics ressentis à -20°C, un taux d’humidité en moyenne de 90%, 12 jours entrant dans la catégorie tempête sur 30 jours de progression et des courants particulièrement puissants qui l’ont jeté à deux reprises à l’eau, est revenu affaibli mais plus confiant que jamais quant aux avancées scientifiques de son expédition.

repart fin novembre pour la forêt amazonienne, milieu le plus chaud et humide avant la Sibérie orientale, le plus froid et sec.

4x30jours-2

Pour rappel, dans le cadre de l’expédition scientifique ADAPTATION, , spécialiste des expéditions en milieux hostiles, effectue cette année 4 traversées successives d’un mois dans les 4 milieux les plus extrêmes de la planète. Il vient de rentrer du milieu le plus humide et froid au monde.

ADAPTATION EST UNE EXPÉDITION SCIENTIFIQUE HORS DU COMMUN

En 2016, lance sa nouvelle expédition ADAPTATION réalisée en partenariat avec des laboratoires scientifiques européens. L’objectif de cette expédition en 4 étapes est de mieux comprendre les capacités humaines d’adaptation sur le plan cognitif, psychologique et physiologique face aux situations changeantes, de crise et aux conditions extrêmes. Son expédition se poursuit début décembre en Amazonie où règne le climat le plus chaud et humide avant la Sibérie, dont l’environnement est l’un des plus froids et secs de la planète. Chaque immersion en autonomie dure 30 jours, avec un retour en France entre chaque traversée pour réaliser les études scientifiques.

Défi relevé avec succès en Patagonie

“Les canaux marins de Patagonie restent pour moi l’un des milieux les plus contraignants au monde dû à sa variabilité incroyable et totalement imprévisible” explique l’explorateur quelques heures après son retour à la civilisation, il ajoute “les quatre saisons peuvent défiler plusieurs fois durant la même journée, sans aucune prévision possible”. En effet, après 410 km parcourus en kayak et à pied en autonomie totale et sans contact extérieur, avec des températures souvent négatives, des pics ressentis à -20°C, un taux d’humidité en moyenne de 90%, 12 jours entrant dans la catégorie tempête sur 30 jours de progression et des courants particulièrement puissants qui l’ont jeté à deux reprises à l’eau, est revenu affaibli mais plus confiant que jamais quant aux avancées scientifiques de son expédition.

UNE PREMIÈRE MONDIALE AU SERVICE DE LA SCIENCE

Mission accomplie pour l’explorateur témoignant après sa mission en Patagonie : “la notion d’adaptation et de variabilité cognitive a, je crois, été poussée loin dans ses retranchements”. Malgré ces conditions, il a en effet pu réaliser l’ensemble des protocoles scientifiques prévus durant cette étape de grands froids humides. Ces études cognitives et physiologiques sont réalisées pour la toute première fois en situation réelle et complétées entre chaque milieu par des analyses d’imagerie médicale en collaboration étroite avec les grands laboratoires partenaires du projet.

DES ÉTUDES POUR L’AVENIR

Ces traversées et protocoles scientifiques seront répétés à l’identique en 2017 avec 20 volontaires conduits par afin de poursuivre les recherches sur l’adaptation de l’être humain et de questionner les notions de motivation, de prise de décision ou de gestion du risque.

Pour suivre l’expédition

13239343_669591166513419_1331519838373211156_n[1]

Pour s’inscrire à l’expédition de groupe 2017

The following two tabs change content below.
Cet article vous a plu ? Pensez à nous le dire et à le partager !

Commentaires

commentaires

Mots-clés :